TikTok a ficelé un plan basé sur la transparence afin de convaincre Washington de laisser son application en activité aux États-Unis. Sera-t-il suffisant ?

Washington voit TikTok comme une menace pour sa sécurité nationale

Les autorités américaines se méfient de TikTok depuis 2020, lorsque Donald Trump a tenté de faire bannir l’application dans le pays. Si la plateforme n’a finalement pas été supprimée, les soupçons pesant à son encontre ont perduré et se sont même renforcés avec le temps. ByteDance, maison-mère du réseau social, est en effet accusée de coopération avec le gouvernement chinois.

L’application permettrait au Parti communiste d’espionner des millions d’utilisateurs américains, et celui-ci aurait la mainmise sur le puissant algorithme de TikTok d'une manière qui faciliterait les « opérations d'influence » aux États-Unis, selon le directeur du FBI, Chris Wray. « Toutes ces choses sont entre les mains d'un gouvernement qui ne partage pas nos valeurs et qui a une mission très éloignée de ce qui est dans le meilleur intérêt des États-Unis. Cela devrait nous préoccuper », a-t-il continué lors d’une intervention au mois de novembre dernier.

À l’été 2022, TikTok a finalement accepté de faire basculer les données sur les utilisateurs américains vers les serveurs d’Oracle, mais cela n’a visiblement pas suffi à apaiser les suspicions de Washington. Le Congrès a même ordonné la suppression de l’application de tous les appareils gouvernementaux, et un projet de loi bipartisan a été proposé pour interdire TikTok sur l’ensemble du territoire américain.

Désormais, la société chinoise est en pourparlers avec le Comité pour les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS), un important organisme de sécurité nationale dont certains membres appellent à une vente forcée de TikTok, afin de pouvoir continuer ses opérations dans le pays tout en protégeant les données de ses utilisateurs américains afin qu’elles ne puissent pas être exploitées en Chine.

Un téléphone avec le logo de TikTok devant le drapeau chinois.

Photographie : Solen Feyissa / Unsplash.

Le plan de TikTok

Pour cela, TikTok a mis au point un plan complexe d’1,5 milliards de dollars visant à réorganiser ses activités outre-Atlantique, rapporte le Wall Street Journal. Son objectif est de maintenir la propriété de TikTok aux États-Unis, mais aussi de rendre les opérations de l'application plus transparentes et de la cloisonner dans une unité distincte supervisée par des employés approuvés par le gouvernement américain. La plateforme tente de convaincre les législateurs qu'avec ces mesures en place, elle ne constituera pas une menace pour les citoyens américains.

Concrètement, TikTok souhaite qu’Oracle, ainsi que des contrôleurs tiers, soient chargés de vérifier le code des algorithmes de recommandation de vidéos afin de détecter si celui-ci a été manipulé ou si le gouvernement chinois ou d'autres acteurs étrangers y ont eu accès. Si le gouvernement américain ou les contrôleurs tiers observent quelque chose qui les préoccupe, un processus serait mis en place pour signaler les problèmes à TikTok, mais aussi au gouvernement américain si nécessaire.

Pour tenter de résoudre le problème de la sécurité des données des utilisateurs, TikTok prévoit, toujours selon son plan, de créer une nouvelle filiale à part entière appelée TikTok U.S. Data Security, ou USDS. Cette unité serait chargée de protéger l'application et rendrait compte à un conseil d'administration externe dont la responsabilité fiduciaire principale serait envers le CFIUS, et non ByteDance.

La TikTok USDS devrait employer plus de 2 500 personnes qui seraient soumises aux exigences du gouvernement américain, ce qui empêcherait les ressortissants chinois de travailler pour l’unité. Si ce plan est accepté, en sachant que l’application doit également obtenir l’approbation de Pékin, il coûtera entre 700 millions et 1 milliard de dollars par an à l’entreprise.

Un marché critique pour le géant chinois

Malgré cela, certains décideurs américains risquent de ne pas être convaincus tant que ByteDance est impliquée. « Il devient de plus en plus intenable pour une entreprise de se conformer aux lois américaines et de se conformer également aux lois chinoises », explique Jacob Helberg, conseiller principal au Centre de géopolitique et de technologie de l'université de Stanford.

Avec plus de 100 millions d’utilisateurs, les États-Unis représentent le plus grand marché de TikTok en dehors de Chine ; le perdre serait une catastrophe pour l’entreprise. Il est important de noter qu’en Europe, si les dirigeants se montrent moins abrupts avec l’application, ils émettent de plus en plus de réserves quant à son traitement des données, d’autant plus depuis que des employés de TikTok ont accédé aux données personnelles de journalistes américains.