En 2022, les véhicules électriques ont, pour la première fois, dépassé 10 % des ventes de voiture dans le monde. C'est une première marche symbolique, franchie grâce à une forte croissance du marché en Chine et en Europe. La menace d'une récession en 2023 pourrait toutefois remettre en cause les progrès de cette industrie émergente.

7,8 millions de véhicules électriques vendus en 2022

Si les véhicules électriques ne représentent encore qu'une fraction des ventes de voitures sur certains marchés, leur part de marché augmente significativement en Europe et en Chine. L'envolée des ventes y contraste avec les chiffres globaux du marché automobile, affectés par l'inflation, des perturbations de la production et du mauvais contexte économique général. En 2022, 7,8 millions de véhicules électriques ont été vendus sur 80,6 millions d'immatriculations à travers le monde.

Cela représente une augmentation de 68 % par rapport à l'année précédente, selon une récente étude publiée par LMC Automotive et EV Volumes et relayée par le Wall Street Journal. Selon Ralf Brandstätter, le directeur du marché chinois pour Volkswagen, les ventes des véhicules électriques vont continuer à se développer rapidement sur le territoire et la Chine pourrait bien « atteindre rapidement le point fatidique où les ventes des véhicules thermiques vont commencer à décliner de façon permanente à mesure que les véhicules électriques prennent des parts de marché de plus en plus importantes ». Le point de bascule devrait avoir lieu entre 2025 et 2030 selon les analystes.

Dans l'Empire du Milieu, les véhicules électriques ont représenté 19 % des ventes en 2022. L'Union européenne arrive ensuite, avec 11 % des ventes en électriques. En ajoutant les véhicules hybrides rechargeables, la part des véhicules électriques vendus en Europe atteint 20 %. En France, sur le mois de décembre 2022, les véhicules électriques et hybrides rechargeables neufs se sont octroyé 22,2 % de parts de marché, avec 42 461 immatriculations. À l'automne 2022, les ventes de véhicules électriques en France ont pour la première fois dépassé celles des véhicules diesel. Un modèle français tire notamment les ventes vers le haut : la Mégane E-Tech de Renault.

En revanche, les États-Unis sont à la traîne par rapport à la Chine et à l'Europe. Il n'y a eu que 807 180 immatriculations de véhicules électriques aux États-Unis, ce qui représente 5,8 % du total des véhicules vendus en 2022, contre 3,2 % l'année précédente. De manière globale, le marché automobile a reculé d'environ 1 %. La croissance de 4 % en Chine a contribué à compenser la baisse de 8 % aux États-Unis et de 7 % en Europe, deux territoires particulièrement touchés par l'affaiblissement de l'économie mondiale et la flambée des coûts énergétiques.

Comment le marché des véhicules électriques va résister à la récession ?

Aux États-Unis, la plupart des économistes pensent qu'une situation de récession est probable cette année. En 2023, Tesla risque de connaître la même crise qu'Amazon et eBay en 2000. En effet, de nombreux spécialistes comparent la période actuelle à la bulle Internet du début des années 2000.

Cependant, même si la récession a lieu, cela ne signifie pas nécessairement que les ventes des véhicules électriques vont chuter. La question est plutôt de savoir si l'industrie aura les ressources nécessaires pour continuer à se développer et créer des emplois. Les jeunes pousses, elles devront atteindre la rentabilité avant que les fonds levés ne s'épuisent. À l'image des entreprises naissantes du numérique à l'orée du millénaire, Tesla, Fisker ou encore Lucid en 2022 affichent des chutes en bourse impressionnante : une baisse du cours de 65 % pour Tesla, 54 % pour Fisker et 82 % pour Lucid.

La récente baisse des prix des modèles vendus par Tesla et la récente frilosité des investisseurs alertent les observateurs du marché. Aujourd'hui, il est possible d'acheter une Tesla à -31 %... Du jamais vu. En 2022, le constructeur star du marché devait livrer 1,4 million de véhicules et n’en a cédé que 1,31 million. Ce n'est pas catastrophique, mais suffisant pour inciter Tesla à stimuler les ventes.

Les fabricants de véhicules électriques doivent s'attendre à une croissance plus lente, mais pas à une croissance négative. Comme le montre l'adoption par l'Union européenne, en octobre dernier, du règlement visant à interdire la vente de véhicule thermique à partir de 2035, les voitures électriques ont un boulevard devant elles. Les marges risquent cependant d'être réduites et seules les entreprises les plus solides survivront.