Twitter a-t-il volontairement coupé l’accès à son API aux plateformes tierces comme Tweetbot et Twitterrific ? Depuis le 14 janvier, la plupart de ces sites sont inaccessibles, et Twitter ne daigne pas communiquer sur le sujet…

Une démarche qui serait intentionnelle

Depuis la complétion de son rachat de Twitter à la fin du mois d’octobre, Elon Musk rappelle que la situation financière du réseau social est inquiétante, et cherche des moyens de renflouer les caisses. En plus d’enchaîner les mesures drastiques, le milliardaire a modifié le système d’abonnements Twitter Blue, qu’il espère voir générer davantage de revenus au fil du temps.

Il semblerait désormais que Twitter ait pris une nouvelle décision controversée : empêcher les utilisateurs d’accéder à sa plateforme via des sites tiers. Les nombreuses plateformes alternatives à Twitter sont en effet inaccessibles depuis quelques jours ; si au départ, beaucoup pensaient à une panne, la vérité semble tout autre.

Selon The Information, qui a pu consulter des messages Slack en interne chez Twitter, il s’agit d’une démarche volontaire de la part du réseau social. « Les suspensions d'applications tierces sont intentionnelles », peut-on lire dans l’un d’entre eux. Pour l’heure, Twitter n’a pas communiqué à ce sujet, laissant les plateformes dans le flou complet. Ces dernières ne peuvent en outre pas joindre ses équipes puisque l’entreprise ne dispose plus de service de communication depuis l’arrivée de Musk.

Les relations compliquées entre Twitter et les développeurs

Sur Mastodon, le cofondateur de Tweetbot, Paul Haddad, déclare : « Presque 24 heures plus tard et toujours pas d'information officielle/non officielle de l'intérieur de Twitter. Je vais continuer de croire que tout cela est fait exprès ».

Si cette décision est intentionnelle, elle ne risque pas d’arranger les choses entre Twitter et les développeurs, dont les relations sont d’ores et déjà très dégradées, notamment car la plateforme a restreint et réactivé l'accès à l'API à de nombreuses reprises au fil du temps. Jack Dorsey, fondateur et ancien PDG de Twitter, a d’ailleurs reconnu cela comme une erreur majeure.

Le mois dernier, le réseau social a pris la décision abrupte d’interdire tous les liens vers ses concurrents comme Instagram, afin d’empêcher ce qu'il considère comme une promotion gratuite de ses rivaux. Il est revenu sur sa décision dans les heures suivantes suite au tollé provoqué par cette démarche, qui a notamment mené Elon Musk à annoncer qu’il était à la recherche d’un autre PDG.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase ?

Comme le rappelle le site spécialisé Social Media Today, les plateformes tierces d’accès à Twitter sont bénéfiques pour l’entreprise et lui ont permis de croître : « Les plateformes sociales bénéficient toutes d'un certain niveau de liens croisés et d'accès aux développeurs, les outils tiers devenant souvent des connecteurs clés pour les utilisateurs dans différentes régions et circonstances, ce qui contribue à accroître l'utilisation et l'engagement ». Certaines de ces plateformes opèrent depuis plus de dix ans, et offrent des fonctionnalités qui attirent les utilisateurs.

Ce nouvel affront, si confirmé par le réseau social, pourrait constituer « une rupture irrémédiable de la confiance entre Twitter, ses développeurs et ses utilisateurs ». Selon The Verge, Twitter s'apprête à publier des déclarations à l'intention des développeurs touchés par les difficultés d’accès.