Elon Musk n’hésite pas à lésiner au maximum pour réduire les dépenses de Twitter. Ce mercredi 11 janvier, les employés de l’entreprise à Singapour ont été priés de vider leurs bureaux, de quitter les lieux la faute à loyer impayé, un de plus. Quelques heures plus tard, ils ont appris qu’il pouvait bel et bien revenir le lendemain…

Une situation rocambolesque pour les employés de Twitter à Singapour

Dans un mail envoyé à 17h, heure locale, le personnel de Twitter a été informé qu’il devait quitter le bâtiment de CapitaGreen, situé dans le quartier des affaires de la cité État, suite à un loyer impayé. Ils n’ont pas été licenciés, comme beaucoup de leurs collègues à travers le monde, mais invités à poursuivre leurs activités en distanciel. Rebondissement, le soir même, d’après Business Insider, Elon Musk aurait finalement payé les factures et demandé à ses employés de revenir le lendemain.

Installé depuis 2015 à Singapour, Twitter a choisi ce pays pour qu’il devienne le point central de sa région Asie-Pacifique. L’entreprise a engagé de nombreux ingénieurs pour s’y développer et avait pour objectif, avant l’arrivée d’Elon Musk, de doubler son effectif de 50 personnes en 2022.

Depuis la prise de fonction du milliardaire fin octobre, une douzaine de bureaux internationaux sont fermés ou en passe de l'être, notamment ceux de Hong Kong, des Philippines, du Mexique, d’Australie, de Corée du Sud ou encore du Ghana, ouvert en 2021. En Europe, les activités des bureaux français, ont, par exemple, été suspendues définitivement le 4 novembre.

Aujourd’hui, la société chercherait à limiter ses bâtiments à des grandes villes comme San Francisco, New York, Los Angeles, Londres, Dublin ou encore Singapour. Les autres endroits sont considérés comme des avants postes d’une taille réduite, servant essentiellement à des opérations commerciales comme la vente de publicité. D’après un témoignage anonyme pour Business Insider, les prochaines fermetures, non précisées, devraient entraîner la suppression de quelques centaines d’employés. Ils s’ajouteront à la liste des 3 500 personnes ayant déjà quitté l’entreprise depuis 3 mois.

Elon Musk est-il un radin ?

Même les implantations assurées d’être préservées, peuvent toutefois se retrouver dans une situation ubuesque comme le montre Singapour. Elon Musk a déjà un antécédent concernant des loyers impayés. Le mois dernier, le propriétaire du siège social de l’entreprise à San Francisco a porté plainte, pour cette raison, réclamant 136 250 dollars. La société fait aussi l’objet d’une action en justice, déposée en décembre, pour une facture non réglée de 197 725 dollars correspondant à deux vols que le PDG a empruntés lors de sa première semaine d’exercice en novembre.

Le milliardaire, qui a perdu 132 milliards de dollars en 2022, cherche par tous les moyens à réduire les coûts. Depuis son arrivée, l’entreprise perd plus de 4 millions de dollars par jour à l’en croire. Une situation allant probablement en s’aggravant, puisque Twitter a perdu 50 de ses 100 plus importants annonceurs, alors que 90 % des revenus de l’entreprise viennent de la publicité. Pour parvenir à l’équilibre, Elon Musk a décidé, entre autres solutions, de sabrer dans les coûts fixes, comme les bureaux ou la masse salariale.