« Nous continuons à rechercher la cause du problème », a tweeté l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) à 8h50 (heure de la côte est américaine, 14h50 heure française). Deux heures plus tôt, l’agence de l’aviation civile des États-Unis annonçait qu’une panne informatique la contraignait à suspendre la totalité des décollages depuis les pistes américaines. Ils reprennent progressivement.

Les avions déjà en vols ne risquent rien assure la FAA

À l’heure où ces lignes sont écrites, plus de 4 300 vols ont été ou sont retardés aux États-Unis et près de 800 vols ont été annulés aujourd’hui. Vers 6h30 (heure locale, 12h30 heure française) la FAA a annoncé avoir ordonné aux compagnies aériennes de stopper tous les vols intérieurs jusqu’à 9h (15h en France).

L’agence a expliqué être victime d’une panne informatique de son système Notice to Air Missions (NOTAM) durant la nuit. NOTAM est utilisé pour prévenir les pilotes d’éventuels dangers ou autres informations importantes sur leurs vols, pistes fermées, panne d’équipements, vol d’oiseaux, procédures spécifiques, etc.

Les pilotes prennent connaissance de ces éléments indispensables avant le décollage. C’est la raison pour laquelle les avions déjà en vols n’ont pas été et ne sont pas confrontés à un problème de sécurité. Au fur et à mesure de la matinée sur la côte est américaine, la FAA a expliqué devoir « valider l'intégrité des informations relatives aux vols et à la sécurité ».

Vers 8h50, l’agence de l’aviation américaine a pu enfin lever l’arrêt au sol et a rapporté que « Les opérations normales de trafic aérien reprennent progressivement à travers les États-Unis ».

L’association des compagnies américaines, Airlines for America a confirmé à CNN « des retards opérationnels importants ». Selon les données de Cirium, relayées par Reuters, près de 21 500 vols étaient programmés au départ de pistes américaines, pouvant transporter 2,9 millions de passagers. Les vols internationaux, eux, semblent n’avoir été que marginalement affectés. L’aéroport Charles de Gaulle a indiqué des retards, mais aucune annulation à ce stade.

Aucune preuve de cyberattaque à ce stade

Le président américain, Joe Biden, a rapporté aux médias américains être en contact avec Pete Buttigieg, Secrétaire au Transport. Il rapporte que son administration ne connaît pas encore la cause de la panne informatique, mais qu’elle sera découverte dans quelques heures.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, a indiqué « Il n’y a aucune preuve d’une cyberattaque à ce stade ». Une enquête a été toutefois ordonnée au Department of Transportation pour faire la lumière sur cette panne générale. L’aviation civile américaine traverse un hiver chaotique : durant les fêtes de nombreux vols avaient déjà dû être retardés ou annulés à cause des intempéries, cette fois.