Engluée dans une situation économique morose, aggravée par une flambée des cas de Covid-19, la Chine est en train de relâcher son étreinte sur les entreprises technologiques. Guo Shuqing, secrétaire du Parti communiste Chinois (PCC) de la Banque populaire de Chine (BPOC), a déclaré le 7 janvier que la campagne visant à « rectifier les activités financières de 14 plateformes » touchait à son terme.

Guo Shuqing, également président de la Commission de réglementation des banques et des assurances de Chine, a expliqué à la presse locale que les autorités de régulations « encouragent les entreprises de plateforme à fonctionner dans le respect des réglementations et à jouer un rôle majeur dans la conduite du développement, la création d'emplois et la concurrence internationale ».

Il a annoncé que les autorités soutiendront les entreprises technologiques, que de nouvelles réglementations n’étaient pas au programme et que l’application de celles mises en place ces deux dernières années sera transparente et prévisible. Guo Shuqing a précisé qu’il restait quelques problèmes à régler avec les 14 plateformes mentionnées, mais ces derniers sont mineurs.

La Chine relâche enfin la pression

Cette prise de parole confirme une dynamique perceptible depuis le printemps 2022. En mai, Liu He, vice-Premier ministre et membre du bureau politique, avait promis la transparence dans les réglementations mises en œuvre. La banque centrale avait suivi en mai, promettant une supervision normalisée du secteur de la Tech. Peu après le XXe Congrès du PCC, la Commission nationale du développement et de la réforme, a appelé au développement de l’économie numérique pour 2023.

Un changement de cap majeur et attendu. Depuis octobre 2020, le début de la reprise en main de l’industrie du numérique chinois, Alibaba et sa société sœur Ant Group, l’entreprise de livraison Meituan, l’équivalent de Uber, Didi Global ont vu leurs activités durement affectées par diverses sanctions, enquêtes et restructurations exigées par Pékin. La valeur des entreprises technologiques chinoises a baissé de 70 % sur les marchés de Hong Kong et New York.

Après avoir longtemps profité d’une liberté totale, qui leur a permis de grossir jusqu’à devenir des géants, la reprise en main a été compliquée. Maintenant que le secteur est mieux encadré, la Chine, en prise avec des difficultés économiques, compte de nouveau sur ces plateformes pour soutenir la croissance.