Roku, société américaine spécialisée dans les logiciels dédiés au streaming, a présenté ses tout premiers téléviseurs lors du CES 2023. À travers cette démarche, elle rejoint d’autres acteurs importants du secteur.

Deux gammes de téléviseurs avec 11 modèles

Si Roku n’est pas un nom forcément connu en France, il s’agit d’un poids lourd du streaming outre-Atlantique, de nombreux Américains qui s’en servant comme principal centre de diffusion de contenu. L’entreprise commercialise des boîtiers de diffusion, tandis que son système d'exploitation alimente les téléviseurs de ses nombreux partenaires, à l’instar de Sharp, de TCL, de Hisense, de RCA, de Philips ou encore de JVC. Selon The Verge, un téléviseur sur trois vendu aux États-Unis est équipé du logiciel Roku.

Roku revendique actuellement 70 millions d’utilisateurs actifs mensuels à travers le monde ; plus de 40 % d’entre eux se trouvent aux États-Unis. Mais malgré son succès, la société a perdu des parts de marché ces dernières années, face à l’émergence d’autres entreprises dans le domaine du streaming. Afin de se diversifier, elle a ainsi dévoilé deux gammes de téléviseurs baptisées Roku Select et Roku Plus TV, ils seront commercialisés au cours de l’année. « Disponibles en 11 modèles allant de 24 pouces à 75 pouces, les nouveaux téléviseurs des séries Roku Select et Plus se concentreront sur les fonctionnalités que les streamers ont appris à aimer », déclare la firme.

Logiquement, les téléviseurs vont être optimisés pour le streaming. Ils seront compatibles avec la télécommande vocale Roku, tandis que les modèles Plus seront équipés de la télécommande vocale Roku Pro. Tous les modèles prendront en charge des fonctions populaires comme « Trouver ma télécommande » et l'écoute privée. Ils pourront également être associés au matériel commercialisé par la société comme sa barre de son Roku TV Wireless Soundbar.

Les téléviseurs, comme ceux des partenaires de Roku, fonctionneront sous le système d'exploitation Roku OS. Celui-ci donne accès à des films et des émissions financés par la publicité via The Roku Channel, à du contenu en direct via le Live TV Channel Guide, à une sélection de films et d'émissions gratuits via sa collection « Featured Free », ainsi qu’à la recherche vocale et à la possibilité d'ajouter diverses chaînes de streaming, gratuites ou payantes.

Roku va entrer en compétition avec ses partenaires

Roku n’est pas la première entreprise spécialisée dans le streaming à lancer son propre téléviseur. En 2021, Amazon a révélé des téléviseurs Fire TV, tout comme Comcast qui a présenté la TV XClass dans le but de promouvoir son propre service de streaming, Peacock de NBCUniversal.

Comme le rappelle le Wall Street Journal, le fait que de nombreuses personnes fassent confiance à sa plateforme est crucial pour l'activité de Roku, puisque l'entreprise tire l'essentiel de ses revenus de la publicité. Elle doit néanmoins être prudente : son arrivée sur le marché des téléviseurs va la positionner en concurrence directe avec ses marques partenaires, qui intègrent son système d’exploitation dans leurs propres modèles. Sur ce point, l’entreprise tient à rassurer ses collaborateurs et explique que ses téléviseurs lui permettront d’améliorer ses autres produits.

« Notre marque de téléviseurs nous permettra de tester et d'introduire des fonctionnalités attrayantes sur notre propre produit, que nous mettrons ensuite à disposition pour notre programme complet Roku TV pour fabricants d’origine », précise Chris Larson, vice-président de la stratégie retail au sein de la firme.

« Notre objectif est de continuer à créer une expérience télévisuelle encore meilleure pour tous. Ces téléviseurs de marque Roku viendront non seulement compléter la gamme actuelle de modèles de téléviseurs Roku de marque partenaire, mais nous permettront également de permettre les futures innovations en matière de télévision intelligente », promet, de son côté, Mustafa Ozgen, président de Roku Devices.

Il est important de noter que les téléviseurs n’ont pas été directement conçus par Roku, bien que la société ait eu son mot à dire sur leur design. Elle n’a pas souhaité révéler avec quelle entreprise elle avait collaboré sur ce projet.