Letitia James, procureure générale de l’État de New York, a annoncé jeudi 5 décembre poursuivre en justice Alex Machinski, fondateur de Celsius, une société de prêt en cryptomonnaie, en faillite depuis juillet 2022. Elle accuse l’entrepreneur américain d’avoir émis de fausses déclarations sur l’état financier de la plateforme de prêts, et d’avoir dilapidé des milliards de dollars en crypto-monnaies. Dans un communiqué, la procureure générale déclare « qu'en tant qu'ancien PDG de Celsius, Alex Mashinsky avait promis de mener les investisseurs vers la liberté financière, mais il les a conduits sur le chemin de la ruine financière. »

La chute brutale d’un poids lourd de la crypto

Celsius était une des plateformes les plus populaires sur le marché du prêt de cryptomonnaies. La société offrait des services d’échange et de dépôt d’actifs dans des portefeuilles virtuels, affichant des taux de rendement de 18%, ainsi que des prêts attractifs, contre des collatéraux en cryptomonnaies.

Pourtant, mercredi 13 juillet, Celsius annonçait être en faillite. Ce dépôt de bilan s’inscrivait dans une vague de liquidations, touchant l’écosystème des sociétés de prêts en cryptomonnaies, dont Voyager Digital et Three Arrows Capital.

Les mensonges d’Alex Machinski, fondateur de Celsius

Letitia James reproche à Alex Machinski d’avoir pris des risques inconsidérés, tout en mentant délibérément aux investisseurs sur l’état financier de Celsius. Le dirigeant n’a pas effectué de démarche d’enregistrement en tant que vendeur et négociant en valeurs mobilières, procédure pourtant obligatoire.

L’action en justice menée par Letitia James est d’ordre civil, et fondée sur une loi fédérale anti-fraude, Martin Act. Cette dernière octroie des pouvoirs étendus au procureur général de l’Etat pour mener des enquêtes sur les fraudes relatives aux valeurs mobilières et engager des actions civiles ou pénales contre les contrevenants présumés de la loi.

Les répercussions potentielles de cette décision

La volonté de la procureure générale est d’interdire Alex Machinski, résident de l’Etat de New York, d'exercer toute activité liée à l'émission, à l'offre ou à la vente de titres financiers, d’occuper une position hiérarchique au sein d’une entreprise domiciliée dans sa jurisdiction et veut l’obliger à payer des dommages et intérêts aux investisseurs dépossédés de leurs biens à cause de Celsius.

Les précédentes excuses d’Alex Machinski pour la « distraction croissante » que son leadership avait causée semblent faibles, face aux préjudices occasionnés par ses actions.