A l’occasion de la nouvelle édition du CES se déroulant à Las Vegas du 5 au 8 janvier 2023, NVIDIA a sorti le grand jeu. Nouvelle carte graphique, signatures de partenariats divers et variés, utilisations de nouvelles technologies, amélioration de ses produits déjà existants, etc. L’entreprise technologique américaine cherche plus que jamais à se diversifier et à s'immiscer plus en profondeur dans certains secteurs comme la logistique ou l’automobile. Retour sur les annonces de NVIDIA ces derniers jours.

Isaac Sim, le simulateur robotique qui prend en compte les interactions humaines

Dans le monde de l’industrie, les simulateurs robotiques permettent de programmer les robots via à un ordinateur afin de les tester comme s’ils étaient déjà sur la chaîne d’assemblage, par exemple. Cela évite de les utiliser réellement et de faire des erreurs qui peuvent se payer cher. Toutefois, ces tests peuvent être longs et assez coûteux.

« La simulation est la technologie essentielle qui permettra de développer les systèmes logiciels complexes qui alimenteront la prochaine vague de robots plus intelligents et plus autonomes. Dans la simulation, les robots virtuels disposent d’un terrain d’essai pour leurs piles logicielles complexes et leur multitude de modèles d’intelligence artificielle », assure Gerard Andrews, chef de produit senior chez NVIDIA dans un communiqué. C’est pour ces raisons que l’entreprise a mis au point Isaac Sim, une suite d’outils permettant de tester ses robots industriels plus rapidement que la moyenne.

L’entreprise a annoncé une mise à jour de son simulateur, ce qui implique l’arrivée de plusieurs améliorations dont celle de prendre en compte les interactions humaines. Isaac Sim propose désormais de simuler le comportement des personnes se situant au sein même d’une usine de fabrication ou d’un entrepôt. Cela permet de tester des robots autonomes qui se déplacent d’un bout à l’autre d’un hangar. L’utilisateur peut voir si le robot évite l’employé présent sur zone ou s’il interagit avec lui.

Image du simulateur robotique Isaac Sim proposé par Nvidia.

L’ensemble de l’usine ou de l’entrepôt est reproduit en 3D et l’utilisateur peut également inclure des humains afin de tester le robot dans des conditions réalistes, celles du quotidien. Image : NVIDIA.

D’autres améliorations permettront, selon NVIDIA, d’accélérer le développement et le déploiement de ces robots autonomes. Isaac Sim aura la possibilité d’exploiter en temps réel les données provenant des capteurs des robots. Avec la simulation lidar, une multitude de rayons seront émis par l’appareil. Cela lui permettra de se situer dans l’espace et d’en savoir plus sur les conditions du lieu où il se trouve : éclairage, disposition des objets, présence d’objets en rapport avec les tâches qu’il doit réaliser, etc.

Mercedes-Benz et les jumeaux numériques pour une chaîne de fabrication sur mesure

Nouvelle collaboration entre NVIDIA et Mercedes-Benz. Depuis 2018, les deux entreprises ont conclu un accord afin de développer des véhicules autonomes et intégrer l’IA dans ses véhicules. En 2020, le constructeur automobile allemand annonçait officiellement qu’il voulait accueillir les systèmes embarqués de la firme américaine dans ses derniers modèles.

Lors du CES 2023, les deux entités ont annoncé le renforcement de leur partenariat, cette fois-ci pour améliorer la production de ses véhicules. Mercedes-Benz utilisera la plateforme Nvidia Omniverse afin de planifier et concevoir des lignes de fabrication et d’assemblage. Dans un communiqué, le géant américain assure qu’en « exploitant les technologies IA et métavers de Nvidia, le constructeur automobile peut réduire les déchets, diminuer la consommation d'énergie et améliorer la qualité ».

Disponible depuis 2021, Omniverse est une plateforme graphique conçue par NVIDIA. Elle utilise principalement la technologie du jumeau numérique, l’une des innovations émergentes de l’année 2022. En reproduisant à l’identique la chaîne de production grâce à cette technologie, et ce, dans tous les aspects, il est possible de la tester sans avoir à la construire physiquement au préalable au sein de l’usine. C’est la simulation industrielle.

NVIDIA avait déjà amélioré sa toolbox en août 2022 afin d’accompagner les développeurs qui souhaitent s'immiscer dans le multivers. Elle l’a à nouveau étoffée avec plusieurs nouveaux composants. L’un d’entre eux est DeepSearch, un service fonctionnant grâce à l’IA et qui offrira aux entreprises la possibilité de parcourir des bases de modèles 3D grâce au langage naturel. Les utilisateurs pourront entrer une description et l’outil proposera différentes images de référence pouvant correspondre à ses attentes.

Un jumeau numérique d'un robot de Mercedes a été conçu grâce à Omniverse.

Dans cette situation, l’appareil en bleu a été modélisé de A à Z grâce à Omniverse et à la technologie du jumeau numérique. Mercedes-Benz peut désormais vérifier si celui-ci fonctionne parfaitement afin de le peaufiner et de le proposer à ses usines. Image : NVIDIA.

Pour le constructeur automobile, avoir la possibilité de réaliser de multiples tests avec Omniverse lui permettra de mettre au point sa future chaîne de fabrication et d’assemblage de véhicules électriques. Celle-ci sera construite sur le moyen terme dans son usine de Rastatt, en Allemagne.

Nvidia met le cap sur les véhicules autonomes avec Foxconn

Foxconn, société connue pour être l’un des sous-traitants d’Apple, va collaborer avec NVIDIA dans le but de produire de nouveaux processeurs et plus précisément, des unités de contrôle électronique présenté comme des systèmes embarqués performants. Baptisés Drive Orin, ils seront destinés à être utilisés dans des véhicules autonomes. Le système embarqué pourra réaliser jusqu’à 254 mille milliards d’opérations à la seconde et sera conçu pour gérer le très grand nombre d’applications et de modèles d’IA qui composent les véhicules autonomes.

En parallèle, la plateforme Drive Hyperion sera mise en place pour accompagner Drive Onin. « Combinés, ils servent de cerveau et de système nerveux central du véhicule, traitant d'énormes quantités de données de capteurs en temps réel afin que les véhicules autonomes puissent percevoir, planifier et agir en toute sécurité », précise la firme dans son communiqué.

Pour les deux entités, ce partenariat est gagnant-gagnant. L’entreprise taïwanaise va exploiter de son côté Drive Onin dans sa propre gamme de véhicules électriques qu’elle est en train de mettre au point. Grâce à l’appui de Foxconn, NVIDIA pourra produire à grande échelle et répondre aux demandes des constructeurs automobiles, tels que Mercedes-Benz. Ce dernier est plus qu’intéressé pour utiliser ces nouveaux processeurs dans ses véhicules autonomes et dans leurs systèmes d’aide à la conduite.

Depuis plusieurs mois, Foxconn tente de diversifier ses activités et d’investir dans de nouveaux marchés. Avec le partage de la fabrication des iPhone avec le chinois Luxshare Precision, l’entreprise taïwanaise va indubitablement perdre une partie de ses contrats avec la marque à la Pomme. En octobre 2022, Foxconn présentait deux nouveaux modèles de véhicules électriques à destination des constructeurs. Pour l’instant, la firme n’envisage pas de vendre ses véhicules sous sa propre bannière et préfère prendre son temps avant de le faire.

La nouvelle carte graphique de NVIDIA, la GeForce RTX 4070 Ti

Qui dit NVIDIA, dit carte graphique. La firme de Jen-Hsun Huang n’abandonne pas son cœur de métier en proposant la GeForce RTX 4070 Ti. Selon le communiqué de l’entreprise, ce nouveau GPU est jusqu’à « 3 fois plus rapide que la GeForce RTX 3090 Ti, avec près de deux fois moins de consommation, grâce aux innovations de l'architecture NVIDIA Ada Lovelace et au NVIDIA DLSS 3 ».

La carte graphique est associée à la technologie DLSS 3 qui permet de générer des images entières ce qui permet de fluidifier l’expérience de jeu. Elle utilise l’architecture Ada Lovelace, favorisant le ray tracing, une technique de calcul d’optique par ordinateur qui améliore grandement le rendu des images d’un jeu vidéo.

Puce AD104 développée par NVIDIA.

La puce AD104 présente dans la NVIDIA GeForce RTX 4070 Ti. La carte graphique est par ailleurs le premier GPU utilisant Ada Lovelace à ne pas exploiter la puce AD103 mais la puce AD104, elle aussi gravée sur 4 nm mais avec une épaisseur réduite. Image : NVIDIA.

Ces derniers temps, le géant technologique doit composer avec une nouvelle difficulté. Avec le durcissement des sanctions américaines envers la Chine, notamment pour tout ce qui concerne l'exportation de composants électroniques dans l’Empire du Milieu, les entreprises américaines sont elles aussi indirectement pénalisées. Elles ne peuvent plus proposer leurs produits les plus performants au marché chinois. Pour tenter de remédier à ça, NVIDIA a décidé de mettre au point une puce, la A800, dédiée à la Chine et dont les performances sont réduites pour rentrer dans le cahier des charges de l’Administration Biden.

Pour NVIDIA, ces différentes annonces prouvent que l’entreprise cherche à se démarquer en concluant des accords avec des clients provenant de secteurs divers et variés. La firme s'immisce de plus en plus dans les technologies émergentes comme le Metaverse, les véhicules autonomes, ou la simulation robotique et industrielle.