Anjali Sud, PDG de la plateforme de vidéo Vimeo, vient d’annoncer une nouvelle vague de licenciements au sein de son entreprise. Une décision qui confirme que les difficultés qui frappent le secteur de la tech vont se prolonger au cours de l’année 2023.

Vimeo revoit sa stratégie

Depuis le début de l’année dernière, l’industrie est en effet en proie à une importante crise multifactorielle, causée notamment par la guerre en Ukraine, les confinements très stricts imposés en Chine, ainsi que le contexte économique post-pandémie. L’inflation des prix, ainsi que la baisse de la demande, affecte quasiment toutes les entreprises du milieu et même les plus importantes, ce qui provoque de très nombreux licenciements dans l’ensemble du secteur.

Vimeo n’échappe pas à la règle. La société va ainsi se séparer de 11 % de ses effectifs dans presque tous les départements et régions de l'entreprise, bien que la majorité affectera surtout les divisions de ventes et de recherche et de développement. En cause, « une nouvelle détérioration des conditions économique », explique Anjali Sud. « Nous entrons en 2023 avec une stratégie plus ciblée pour simplifier Vimeo, et finalement, la taille et la composition de notre équipe doivent refléter cette orientation. Cette réduction nous permet d'atteindre nos objectifs de croissance et de rentabilité d'une manière qui est beaucoup moins dépendante du marché plus large, nous mettant en plein contrôle de notre destin », continue-t-elle.

Une première vague de licenciements en juillet

Cette annonce constitue la deuxième vague de licenciements opérée par Vimeo en quelques mois, l’entreprise ayant remercié 6 % de son personnel au mois de juillet dernier. Les employés affectés bénéficient de 12 semaines de salaire, d’une assurance maladie et d’un « soutien au bien-être mental », rapporte The Verge.

Auparavant considérée par les créateurs comme une alternative à YouTube, Vimeo tente depuis quelques années de se métamorphoser et de devenir un outil spécialement dédié aux professionnels. En conséquence, le service a grandement augmenté ses prix d’abonnement et n’a pas hésité à menacer les créateurs de retirer leur contenu s’ils ne payaient pas les nouveaux tarifs.

Peu d’entreprises sont épargnées

La vague de licenciements chez Vimeo fait suite à des mesures similaires dans de nombreuses entreprises qui évoluent dans le secteur de la tech, allant de sociétés spécialisées en cryptomonnaies aux plateformes de streaming ou aux réseaux sociaux. Peu de firmes ont été épargnées par cette importante crise, à l’instar d’Amazon, de Meta, de HP, de Tesla ou encore de Snapchat parmi tant d’autres. Cette tendance devrait d’ailleurs se poursuivre au cours de l’année 2023.

Selon les résultats d’une enquête menée par ZipRecruiter, 79 % des travailleurs licenciés dans l’industrie de la tech ont retrouvé un poste dans les trois mois suivant le début de leur recherche. En effet, bien que les ouvertures de nouveaux postes soient en baisse, elles dépassent de loin le nombre de chômeurs outre-Atlantique.