À l’image d’Apple, Dell, troisième fabricant mondial d’ordinateurs en termes de livraison, souhaite diversifier sa chaîne d’approvisionnement et s’émanciper de la Chine. Une action radicale, puisqu’elle concerne également ses fournisseurs. Cette décision est liée aux tensions sino-américaines.

Dell paraît prêt à partir, sans se retourner

« Ce n'est pas une simple évaluation, ce n'est pas crier au loup. C'est un plan réel et continu, et cette tendance semble irréversible » s’est alarmé un fournisseur de Dell auprès de Nikkei Asia, à l’origine de l’information.

Selon les sources du média japonais, Dell veut cesser de se fournir en puces chinoises d’ici 2024. L’entreprise basée au Texas veut aussi se passer de puces d’entreprises autres que chinoises, si jamais celles-ci sont produites au sein de l’Empire du Milieu. Selon une personne au fait des projets du constructeur d’ordinateurs « L'objectif est assez agressif ».

Les fournisseurs pourraient aussi avoir à s’inquiéter. Dell leur aurait demandé en fin d’année dernière de réduire considérablement les composants fabriqués en Chine. Les modules électroniques, les cartes de circuits imprimés, l’activité d’assemblages sont concernés en sus des puces.

Dell a déclaré à Nikkei Asia « Nous explorons continuellement la diversification de la chaîne d'approvisionnement à travers le monde qui fait sens pour nos clients et notre entreprise ». L’entreprise prospecte les mêmes territoires alternatifs que Cupertino, le Vietnam et l’Asie du Sud-est en général, l’Inde.

Les tensions géopolitiques font fuir les entreprises américaines

Le premier concurrent de Dell aux États-Unis, HP, préparerait aussi une vaste opération de diversification de ses sources d’approvisionnement. Toutefois l’entreprise n’en serait qu’à une phase de sondage de ses fournisseurs. HP comme Dell assemble la plupart de leurs produits dans les villes de Kunshan, dans la banlieue de Shanghai et Chongqing, au centre du pays.

Cette volonté soudaine des entreprises américaines de varier leurs sources d’approvisionnement est, sans surprise, liée à la forte rivalité entre Washington et Pékin. Peu intéressées par l’origine de leurs composants, et bien contentes de profiter d'une industrie chinoise mature en la matière, elles craignent désormais pour l’avenir de leur chaîne d’approvisionnement.