Les carnets de santé, les cahiers d’analyse, les radiographies et autres documents médicaux n’échappent pas à la numérisation. Les médecins, les chercheurs en laboratoire et les personnels de santé doivent désormais travailler avec des quantités de données médicales non centralisées. Ces gigaoctets non analysés empêchent les experts de les utiliser pour avancer dans la recherche ou prodiguer des soins adéquats. Amazon Web Services (AWS) a lancé, en novembre dernier, Amazon Omics afin d’aider les chercheurs à trier leurs données et les partager.

Omics propose trois modules pour traiter les données des chercheurs

Premièrement lancé en bêta avec une douzaine de clients et de partenaires, Amazon Omics a élargi sa disponibilité à n’importe quel client en lien avec le médical. Ce nouveau service permet aux chercheurs de stocker et analyser les données biologiques telles que les séquences d’ADN, d’ARN et de protéines.

Dans le détail, Omics fournit trois composants aux chercheurs pour qu’ils puissent exploiter leurs données. Le premier module, Aware, stocke et partage les données de séquence brute, le second, Workflows, exécute les flux de travail qui traitent les données à échelle, et le dernier, Analytics, simplifie et présente les données de manière organisée. Ces infrastructures permettent aux clients de consacrer plus de temps aux nouvelles découvertes scientifiques selon AWS.

La filiale du géant de l’e-commerce américain représente une importante part du chiffre d'affaires. Lors du troisième trimestre, elle a atteint les 20,5 milliards de dollars. Spécialisée dans le cloud, elle s’est récemment étendue aux soins de santé. Pour le moment, la filiale ne communique pas sur les résultats de services en particulier. Néanmoins, celui-ci devrait être prolifique, la taille du marché mondial de l’analyse des données biologiques doit atteindre les 2,15 milliards de dollars d’ici 2030 selon un rapport de Straits Research, une société d’analyse américaine.

Dans une interview accordée à CNBC, le médecin en chef chez AWS, Taha Kass-Hout, a déclaré que la grande majorité des données relatives aux soins de santé ne sont pas structurées. Cet éparpillement empêche l’utilisation de 97 % d’entre elles, « Indexer et donner un sens à ces informations est un défi, surtout lorsque les chercheurs collectent des données informatiques provenant de dizaines de milliers de patients. » a-t-il affirmé.

Le docteur Taha Kass-Hout a un parcours particulier avant sa prise de fonction chez Amazon. Il avait auparavant rempli deux mandats sous la présidence de Barack Obama et a été le premier responsable de l’information sur la santé à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Selon le médecin en chef de l’entreprise, les données sont sous la protection de la vie privée et anonymisées. Pour y arriver, AWS utiliserait plus de 300 services de sécurité et de conformité. La société va « bien au-delà » des standards réglementaires, s’est félicité Taha Kass-Hout. La filiale du géant ne peut pas voir ou exploiter les données, selon lui, car les utilisateurs sont responsables de la création d’applications sécurisées sur les services Omics. Le médecin prétend que la prochaine décennie sera celle de l’utilisation des données afin de trouver de « nouvelles thérapies, de nouveaux diagnostics et des traitements plus ciblés. »