Début décembre, Emmanuel Macron en personne, et le ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères, ont fièrement annoncé que la France avait envoyé son premier télégramme diplomatique grâce à une technologie post-quantique.

La France envoie un télégramme indéchiffrable

Cette prouesse technologique a eu lieu par hasard à l'occasion des cent ans de l'envoi du premier télégramme diplomatique entre l’ambassade française aux États-Unis et Paris. Selon le président de la république française, la cryptographie utilisée avec cette technologie post quantique permettrait de « résister aux méthodes de déchiffrement les plus avancées ».


La France fait donc un pas de géant dans le domaine de la protection des communications. Dans sa déclaration, Emmanuel Macron souligne la montée en puissance des menaces dans le domaine du déchiffrement. Ce télégramme diplomatique nouvelle génération visait à transmettre un « mémo simple », entre les États-Unis et la France. Un essai grandeur nature.

Dans le cadre de ce projet mené entre Washington et Paris, on retrouve deux algorithmes recommandés par le National Institute of Standards and Technologies (NIST) et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) : Crystals-Dilithium et Frodo-Kem. Ils font partie des plus puissants au monde et des plus sûrs. Une expérience menée en collaboration avec CryptoNext Security.

Cette start-up qui émane de l'Inria, du CNRS et de Sorbonne Université, est à « l'avant-garde des travaux de recherche académique sur les solutions de cryptographie post-quantique » et pourrait bien devenir un partenaire privilégié du gouvernement français. « Demain, un ordinateur quantique suffisamment puissant sera capable de déchiffrer nos messages. Pour contrer cette menace, développer des technologies de cryptage post-quantique est un enjeu stratégique », affirme le président de la république.

Dans un communiqué de presse officiel, le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères précise qu'un plan d'action comprenant « une méthodologie et un calendrier de migration vers la cryptographie post-quantique des infrastructures critiques » sera présenté courant 2023. Une stratégie dans la continuité de France 2030 et des 150 millions d'euros déjà mis sur la table sur ce sujet.

Le ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères précise que « face à cette menace systémique, l’initiative préfigure l’évolution des infrastructures numériques critiques en France. Prenant en compte ce contexte technologique et l’environnement international actuel, le gouvernement français présentera, d’ici la fin du premier trimestre 2023, un premier plan d’action, intégrant une méthodologie et un calendrier de migration vers la cryptographie post quantique de ces infrastructures critiques ».

Selon le président Emmanuel Macron, « France 2030, c'est la réponse aux grands défis de notre temps, en particulier la transition écologique, à travers un plan d'investissement massif pour faire émerger les futurs champions technologiques de demain et accompagner les transitions de nos secteurs d'excellence, automobile, aéronautique ou encore espace ». Cela passera aussi par la cybersécurité et la cryptographie.