Eric Xu, président de Huawei, a adressé à ses employés, fin décembre, un message de fin d’année dans lequel il revient sur les performances de l’entreprise au cours de l’année fiscale. Dans un contexte économique difficile, le géant chinois de la technologie estime que « les restrictions américaines sont désormais notre nouvelle normalité ». Huawei attend un chiffre d’affaires de 86 milliards d’euros en 2022, en partie atteint grâce à la diversification de ses revenus. Il s’agirait d’une hausse de 0,02 % par rapport à 2021.

Huawei remonte la pente

« En 2022, nous avons réussi à nous sortir de la crise », a indiqué Eric Xu dans une note interne, relayée par le Financial Times. Après avoir été ajouté à la liste noire de Washington en 2019 et exclu du marché de la 5G, Huawei est parvenu à s’adapter et à maintenir sa tête hors de l’eau.

Le président en fonction ajoute que 2023 marquera pour la société « la première année » d’un retour à la normale, malgré le renforcement les restrictions de Washington pour limiter l’exportation de semi-conducteurs et d’outils de fabrication vers la Chine. Ces mesures, mises en place par l’administration Trump et accentuées par celle de Biden, ont privé Huawei de nombreuses puces essentielles à la production de ses téléphones.

À la recherche de nouvelles sources de revenus

Pour contourner les mesures américaines et diversifier ses revenus, Huawei a modifié la fabrication de ses modèles de smartphones en incluant des puces stockées et des composants sous licence. De plus, l’entreprise basée à Shenzhen a étendu ses activités au secteur du cloud et des voitures électriques. Cette diversification lui permet de continuer à produire tout en s’approvisionnant au niveau national avec des semi-conducteurs moins avancés.

Enfin, Huawei met également l’accent sur la vente de ses technologies sous licence. D’après Alan Fan, responsable de la propriété intellectuelle de Huawei, le groupe aurait fait affaire avec plus de vingt entreprises en 2022, dont plusieurs acteurs de l’industrie automobile. Les Échos rapportent que Huawei aurait notamment vendu ses brevets sous licence à Mercedes-Benz, Audi, Porsche, BMW, Renault, Suzuki.

Du côté de sa technologie à destination des smartphones, Huawei a renouvelé son contrat avec Nokia. La société a aussi signé, début décembre, un accord avec Oppo pour plusieurs brevets 5G. Entre 2019 et 2021, la vente de brevets aurait rapporté 1,2 milliard de dollars à Huawei.

Pour 2023, Eric Xu prévoit une année difficile influencée par « un environnement macroéconomique empreint d’incertitudes ». Il affirme que l’entreprise est « confrontée à une volatilité externe » et qu’il sera important « d’être proactifs pour améliorer notre environnement et gérer plus efficacement les risques ». Le président de Huawei conclut, « il s’agit de la seule façon d’atteindre nos objectifs commerciaux pour 2023 et de poser des bases solides pour la survie et le développement continu de Huawei ».