Actuellement touchée par une crise énergétique qui a une incidence directe sur les entreprises et les foyers, l’Europe cherche des moyens pour répondre à cette problématique. L'idée d'utiliser la chaleur résiduelle des datacenters a été évoquée depuis plusieurs années, mais n'a pas abouti. Aujourd'hui la situation est différente et le contexte a poussé les dirigeants européens à s'emparer du sujet.

L’Europe cherche des solutions pour répondre à la crise énergétique

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a eu pour conséquence directe une hausse des prix de l’énergie. En effet, Moscou a limité drastiquement les exportations de gaz vers l’Europe passant de 40 % avant la guerre à 10 % aujourd’hui d’après le Wall Street Journal.

Dans ce contexte, les dirigeants européens cherchent des solutions pour tenter de freiner la hausse des prix du carburant sur toile de fond de pénurie énergétique. Certes la réduction de la consommation d’énergie est une première réponse, mais l’Europe doit chercher des solutions à long terme.

Pour cela, récemment, Gary Shapiro, PDG de la Consumer Technology Association a mis en avant l’idée de capitaliser sur les villes intelligentes pour prévenir la prochaine crise énergétique. Selon lui, il est nécessaire de s’intéresser aux technologies qui pourraient permettre de réaliser des économies d'énergies durables.

Les datacenters envisagés comme solution par les dirigeants européens

Autre solution qui a été envisagée dernièrement par les dirigeants européens : les datacenters. Ces derniers produisent un excédent d’électricité qui peut être utilisé et connecté aux systèmes de chauffage urbain. L’Europe travaille actuellement sur une nouvelle directive qui obligerait les opérateurs des centres de données à utiliser la chaleur excédentaire pour chauffer les habitations.

Amazon et Microsoft ne sont pas novices sur le sujet puisqu’elles travaillent déjà avec une société énergétique finlandaise Fortum Oyj pour recycler et collecter la chaleur résiduelle de centres de données en Europe du Nord. De plus, la firme de Redmond pourrait devenir incontournable sur ce sujet car la société n’exploite pas loin de 200 datacenters à travers le monde et ambitionne d’en déployer 50 à 100 par an.

Cependant même si l’espoir est grand, d’un point de vue écologique et économique, concernant les datacenters, il reste des défis techniques et juridiques auxquels il va falloir apporter des réponses.