À l’image d’autres appareils électroniques, comme les smartphones ou les ordinateurs, l’année 2022 a été compliquée pour les casques de réalité virtuelle. Le dispositif reste un produit de niche, qui peine à s’imposer au grand public pour diverses raisons.

2021 fait de l’ombre à 2022

Le nombre de casques de réalité virtuelle (VR), ou autre dispositif de réalité augmentée, expédié en 2022, est de 9,6 millions, selon les chiffres du cabinet CCS Insight. En baisse de 12 % par rapport à l’année 2021. CNBC, sur la base d’une étude d’un autre cabinet, NPD Group, note qu’aux États-Unis les ventes de dispositifs de réalité virtuelle ont rapporté 1,1 milliard de dollars de décembre 2021 à décembre 2022, en baisse de 2 %.

Ces chiffres sont à mettre en perspective avec ceux, excellent, de 2021. En 2020 les ventes de casques de réalité virtuelle représentaient 530 millions de dollars, elles ont donc doublé en l’espace d’un an. Les dispositifs ont pu bénéficier des difficultés pour les clients à se procurer des consoles, Xbox ou PlayStation et de diverses promotions.

Le succès s’est ensuite tassé cette année. Le casque de Meta, le Quest 2 a vu ses ventes fortement décroître alors qu’il écrase le marché. Ses concurrents Valve, HP ou Sony représentent une infime minorité des ventes. Sorti en 2020, le Quest 2 ne bénéficie plus de l’effet de nouveauté. Son prix, justifié par l’inflation par Meta, a aussi augmenté de 100 dollars, alors que la situation économique morose a poussé les consommateurs à plus de prudence dans leurs achats.

Les perspectives du casque de réalité virtuelle sont encore incertaines

Hormis ces explications circonstancielles, les casques de réalité virtuelle ont du mal à s’imposer auprès du grand public. Très marqué jeux vidéo, il n’existe pas encore de titre incontournable qui pourrait pousser à leur achat. Beat Saber, qui connaît un certain succès, ne fait pas le poids face aux monstres de l’industrie de la culture que sont un Call of Duty, un Fifa, un GTA ou autres.

Les tentatives pour sortir les casques de réalité virtuelle du monde vidéoludique sont, pour l’instant, des échecs. Le réseau social préfigurant le métavers rêvé par Mark Zuckerberg, Horizon World, n’est guère convaincant.

Meta a décidé de parier sur le monde professionnel, Ikea ou Accenture ont par exemple acheté des appareils pour leurs employés, avec son nouveau casque, le Meta Quest Pro, à 1500 dollars. Une voie qui ne semble pas ouvrir de porte vers une adoption plus large de la réalité virtuelle.

D’après le pronostic de CCS Insight, l’année 2023 sera encore une année compliquée pour les casques VR. Les difficultés économiques redoutées l’expliquent pour l’essentiel. 11,4 millions de casques de réalité virtuelle ou augmentée pourraient être écoulés. Mais le cabinet estime qu’un décollage du taux d’équipement est envisageable d’ici 2025 ou 2026.

courbes casque réalité virtuelle

Crédit : CCS Insight

Le cabinet pari notamment sur l’arrivée de nouveau produit. Sony doit sortir son prochain casque en février pour 550 dollars, de quoi séduire les détenteurs de PlayStation 5 et étendre le potentiel vidéoludique de la réalité virtuelle. Apple est aussi, et peut-être surtout, vu comme un facteur de développement.

Son casque de réalité virtuelle avec des possibilités de réalité augmentée est attendu depuis quelques années. Il pourrait sortir en 2023. Les fans de la marque à la pomme et son savoir-faire tant pour les technologies grand public que pour la création d’un écosystème attrayant pourraient donner un second souffle à ce que Mark Zuckerberg imagine comme le futur du smartphone.