Alors que le contexte économique et sanitaire en Chine se complique, trois dirigeants de Xiaomi vont quitter leur poste. Le constructeur de smartphone connaît d’importantes difficultés depuis plusieurs mois.

Xiaomi enchaîne les pertes

Après avoir appliqué une politique très stricte afin d’éradiquer le Covid-19, la Chine vient finalement d’inverser toutes ces mesures, entraînant une hausse drastique de la contamination. En conséquence, les Chinois consomment beaucoup moins, ce qui impacte directement l’économie du pays. Le gouvernement mène, en amont, une vaste campagne visant à réguler son secteur technologique. Résultat : les entreprises du pays vivent une année particulièrement difficile.

Xiaomi, numéro 1 du smartphone en Empire du Milieu, n’échappe pas à la règle. Après avoir largement bénéficié des difficultés rencontrées par Huawei, le constructeur a vu ses revenus chuter pour la troisième fois consécutive lors du dernier trimestre. Les prévisions pour la période actuelle, qui s’achève à la fin du mois de décembre, ne sont pas plus positives : Xiaomi devrait perdre davantage de parts de marché, selon les analystes.

Le Financial Times rapporte que trois cadres supérieurs, dont le président Wang Xiang, vont quitter leurs fonctions au sein de l’entreprise. Lu Weibing, qui a rejoint la société il y a trois ans pour diriger sa sous-marque Redmi, le remplacera au poste de président. Deux des cofondateurs de la société, Hong Feng et Wang Chuan, vont également se retirer de leurs opérations quotidiennes. Le président de Xiaomi, Lei Jun, va donc rester le seul cofondateur à posséder un rôle opérationnel au sein de l’entreprise.

Licenciement de 10 % des effectifs

Cette annonce intervient peu de temps après que Xiaomi ait annoncé le licenciement de 10 % de ses effectifs dans plusieurs départements, notamment son plus conséquent : celui du smartphone. Selon Li Chengdong, fondateur de Dolphin, une société de conseil basée à Pékin, la vague de licenciements entamée par la firme est un très mauvais signe, alors que la Chine a levé ses mesures censées endiguer la pandémie de Covid-19. Il estime que ses résultats trimestriels pourraient être encore pires que prévu.

Xiaomi n’est pas le seul géant chinois à connaître des difficultés engendrées par la situation de l’Empire du Milieu. C’est également le cas de Tencent, qui a vu ses profits baisser pour la toute première fois depuis 2004. Lors d'une récente réunion avec ses employés la semaine dernière, le fondateur et directeur général de Tencent, Pony Ma, a également laissé entendre que la société pourrait avoir à couper des unités sous-performantes.