En Chine, une unité spécialisée dans la cybercriminalité a annoncé l'arrestation de 63 criminels accusés d'avoir blanchi 1,7 milliard de dollars grâce aux cryptomonnaies.

Les crypto-actifs dans le viseur de la police chinoise

Pékin mène une politique de répression de plus en plus stricte sur son territoire au sujet des crypto-actifs et des marchés parallèles qui y sont liés. En juillet 2021, la Banque centrale de Chine avait appelé à la fermeture d’une entreprise qui « était soupçonnée de fournir des logiciels pour les transactions en monnaie virtuelle ». Pour le gouvernement de Xi Jinping, les crypto-actifs sont uniquement au service des activités criminelles et peuvent être dangereux pour le système financier national.

Il y a quelques jours, la police chinoise a officialisé l'arrestation d'un gang accusé d'avoir blanchi 12 milliards de yuans (1,7 milliard de dollars). Les criminels sont accusés d'avoir blanchi de l'argent sale issu de la fraude et des jeux d'argent, en cryptomonnaies. Le Bureau de la sécurité publique de la ville de Tongliao, dans le Nord de la Chine, a confirmé cette information.

Le gang a utilisé différents comptes de trading de crypto-actifs pour reconvertir l'argent en yuan. Ils se sont servis du service de messagerie Telegram, une plateforme interdite et bloquée en Chine, pour recruter plusieurs personnes dans le pays à qui il était demandé d'ouvrir des comptes sur les sites de cryptomonnaies, pour aider à blanchir les fonds. Ces personnes recevaient une commission en fonction de la quantité d'argent qu'elles blanchissaient.

Les autorités ont déclaré que plus de 130 millions de yuans ont été confisqués au gang. Ce coup de filet montre que, même après les tentatives de Pékin d'éradiquer les activités liées aux crypto-actifs, un marché parallèle existe. Les autorités ont déclaré que deux des suspects ont fui à Bangkok, en Thaïlande, mais elles précisent qu'elles ont « des arguments pour les convaincre de revenir en Chine », sans expliquer de quoi il s'agit. En 2021, la police chinoise a arrêté plus de 1 100 personnes soupçonnées de blanchir de l'argent grâce aux cryptomonnaies.