Pour contrer les sanctions américaines, la Chine vient d'annoncer un plan de 1 000 milliards de yuans (143 milliards de dollars) pour développer sa propre industrie des semi-conducteurs.

Pékin met 143 milliards de dollars sur la table

C'est une étape majeure vers l'autosuffisance en matière de fabrication de puces pour la Chine. Pékin cherche à contrer les mesures américaines visant à ralentir ses avancées technologiques, notamment à cause des restrictions sur les exportations des semi-conducteurs. C'est le plus grand programme financier jamais déployé par Pékin. Durant les 5 prochaines années, le gouvernement chinois prévoit de distribuer des subventions et des crédits d'impôt pour soutenir la production de semi-conducteurs et les activités de recherche dans le pays.

Cette nouvelle stratégie pourrait être déployée dès le premier trimestre de 2023. Selon plusieurs sources, la majeure partie de l'aide financière sera utilisée pour subventionner les entreprises chinoises spécialisées dans la fabrication des semi-conducteurs et celles qui conçoivent des machines en lien avec l'industrie. Ces entreprises pourraient avoir une subvention de 20 % pour accélérer leurs achats. Un plan massif qui intervient quelques semaines après que les États-Unis aient adopté un ensemble de réglementations pour contrer les ambitions de la Chine.

Néanmoins, plusieurs dirigeants japonais ont récemment estimé que les sanctions américaines ne seraient pas suffisantes face à « la puissance et la compétitivité de la Chine ». Le responsable de la technologie chez Sony, Hiroaki Kitano, expliquait que les sanctions de l'administration Biden n'auront qu'un « impact temporaire » sur les capacités de la Chine à se procurer des semi-conducteurs. Même si ces mesures visent à ralentir la capacité de la Chine à développer des puces « la tendance générale risque de ne pas changer ».

À l'image de Huawei qui tente déjà de créer une nouvelle chaîne d’approvisionnement des puces en Chine. Avec ce nouveau paquet financier, Pékin va très probablement construire, étendre, ou moderniser les installations chinoises de fabrication, d'assemblage, de conditionnement, de recherche et de développement. Les bénéficiaires seront à la fois des entreprises publiques et privées du secteur, notamment de grandes entreprises d'équipements pour semi-conducteurs comme Naura Technology Group, Advanced Micro-Fabrication Equipment ou encore Kingsemi.

Cet objectif faisait parti du rapport publié à l'issue du Congrès du Parti communiste en octobre. L'appel de Xi Jinping pour que la Chine « gagne la bataille » technologique s'illustre parfaitement avec cette nouvelle mesure.