Twitter devrait introduire de nouvelles options de placements publicitaires pour les entreprises dès cette semaine. Objectif : apaiser les tensions avec les annonceurs, dont beaucoup ont pris la décision de suspendre leurs publicités sur le réseau social.

Twitter a besoin d’annonceurs

Les revenus représentent près de 90 % du chiffre d’affaires de Twitter. Si Elon Musk souhaite inverser cette tendance avec le déploiement de la nouvelle version de Twitter Blue, la plateforme doit, en attendant, reconquérir les annonceurs.

Twitter a vu au moins la moitié de ses 100 principaux annonceurs retirer des publicités en moins d'un mois, depuis l’arrivée de Musk à la tête de l’entreprise. Ces entreprises, qui ont dépensé 2 milliards de dollars en publicités depuis 2020, comprennent Chevrolet, Ford, Chipotle et Jeep. Se décrivant comme un absolutiste de la liberté d’expression, le milliardaire n’a pas hésité à réinstaurer des milliers de comptes suspendus sur la plateforme, et notamment celui de Donald Trump. Selon le New York Times, les contenus haineux sur Twitter ont explosé depuis.

De son côté, Elon Musk assure le contraire et affirme également que le nombre d'inscriptions sur le réseau social n’a jamais été aussi élevé. La semaine dernière, des annonceurs comme Snap ont suspendu leurs activités sur Twitter après que leurs publicités sont apparues aux côtés de posts de suprémacistes blancs.

La plateforme promet une modération accrue

Rapidement ensuite, Twitter a retiré les publicités figurant sur les comptes posant problème, et il semblerait que la plateforme veuille rassurer les annonceurs. Dès cette semaine, elle va empêcher les publicités d’apparaître au-dessus ou en dessous de tweets contenant certains mots-clés.

La nouvelle dirigeante de la sécurité de l’entreprise, Ella Irwin, a déclaré à Reuters que Twitter s'appuierait davantage sur la modération automatisée, et a ajouté que les licenciements massifs de Twitter n'avaient pas nui « de manière significative » à son équipe de modération et aux personnes travaillant sur la sécurité des enfants, malgré des enquêtes journalistiques affirmant le contraire.

Twitter envisage en outre d’embaucher ses modérateurs, dont la majorité constitue des travailleurs contractuels, permettant à la plateforme d’investir davantage dans la modération de contenu non anglophone. Reste à voir si ces nombreux efforts aideront le réseau social à faire revenir les annonceurs ; les recettes publicitaires de Twitter en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique ont par exemple chuté de 15 % en 2022, tandis que les réservations hebdomadaires ont diminué de 49 %.