Dans le cadre du podcast Second Resquest du 11 décembre 2022, Phil Spencer, dirigeant de Xbox Game Studios, s'est exprimé autour de la position de Sony quant au rachat d'Activision Blizzard par Microsoft. Le chef de la Xbox n'a pas hésité à dire que l'entreprise derrière la PlayStation faisait tout « pour conserver sa place dominante » dans le marché des consoles de salon.

Sony chercherait à mettre un terme au rachat d'Activision Blizzard

Depuis l'annonce du rachat d'Activision Blizzard par Microsoft, Sony s'est exprimé à maintes reprises pour affirmer qu'il était contre l'aboutissement de cette acquisition. En janvier 2022, la firme de Satya Nadella a proposé plus de 68 milliards de dollars pour tenter d'acquérir Activision Blizzard, le studio de jeu vidéo à l'origine de la franchise vidéoludique Call of Duty.

Toutefois, de nombreux régulateurs ont lancé des enquêtes sur le processus de rachat, au Royaume-Unien Europe. Aux États-Unis l'autorité de la concurrence a même officiellement porté plainte contre l'acquisition. Elles ont également demandé au géant technologique de faire quelques concessions, une demande anticipée. Les dirigeants de Microsoft ont proposé à toute la concurrence des contrats de dix ans, engageant une disponibilité totale de Call of Duty sur les autres plateformes.

Toutefois, malgré les tentatives de Microsoft de faire bonne figure, Phil Spencer assure que Sony ferait tout pour lui mener la vie dure auprès des régulateurs. Alors qu'il était l'invité du podcast Second Request, il a fait référence à ce potentiel accord. « Le plus grand constructeur au monde est en train de mettre une objection par rapport à la saga Call of Duty sur laquelle nous avons rassuré », explique-t-il.

Sony souhaiterait conserver ses exclusivités, contrairement à Microsoft

Il a également affirmé que Sony essaie de protéger sa domination sur le marché des consoles. « Leur méthode pour grossir implique de rendre Xbox plus petit », a-t-il commenté. Même si le patron de la Xbox n'a pas mâché ses mots, il n'a pas indiqué les autres méthodes et techniques utilisées par Sony pour convaincre les régulateurs d'invalider le processus de rachat d'Activision Blizzard.

Phil Spencer revient aussi sur les modèles économiques utilisés par son concurrent, « Sony a une vision totalement différente du marché du jeu vidéo. Ils ne sortent pas leurs jeux le même jour sur PC, ils ne mettent pas leurs jeux dans un abonnement dès le jour de leur sortie ». En affirmant cela, le dirigeant fait référence au Xbox Game Pass et au Xbox Cloud Gaming permettant, moyennement une souscription à un abonnement, de jouer à des jeux proposés par Microsoft et à la réplique proposée par Sony, le PlayStation Plus.

Pour le chef de la Xbox, il ne fait aucun doute que Microsoft ne cherche pas à multiplier les exclusivités contrairement à Sony, accusé de minimiser les choix pour que les joueurs.