Selon un document qui a été publié jeudi 8 décembre, Foxconn, le célèbre et plus important sous-traitant d’Apple, a investi environ 500 millions de dollars en Inde dans le but de diversifier sa chaîne d’approvisionnement. Depuis l’apparition du Covid-19, la politique menée par la Chine a impacté et mis à mal la production de l'iPhone sur le site situé à Zhengzhou.

Une production qui a fonctionné au ralenti dans l’usine de Foxconn

Cet investissement intervient après une fin d’année compliquée pour l’usine de Foxconn. La politique « zéro covid » menée par la Chine a fortement impacté la production d’iPhone à l’approche des fêtes. Selon les premières données, les nombreuses perturbations ont contraint l’usine à n'être qu'à 20% de sa capacité de fabrication en novembre. Ming-Chi Kuo, analyste pour TH International Securities spécialisé sur Apple, a indiqué que le taux d’utilisation va de nouveau augmenter en décembre mais seulement entre 30% et 40%.

Selon le Wall Street Journal, Terry Gou, fondateur et PDG de Foxconn, a fait parvenir une lettre au gouvernement chinois en leur demandant d’alléger la politique « zéro covid » afin que l’usine puisse tenir son rôle clé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Preuve de l’importance de l’usine située à Zhengzhou quant à la production des iPhone et de la dépendance d’Apple et ses fournisseurs envers la Chine.

L’Inde comme porte de sortie ?

Depuis, Apple a fortement invité Foxconn à fabriquer davantage à l’extérieur de la Chine qui représente actuellement 95% de la production de ses iPhone. Dans le but d’être moins tributaire de la production chinoise, la société taïwanaise a commencé, dès cet été, à déporter de plus en plus la production des smartphones vers l’Inde. Foxconn prévoirait de quadrupler sa main-d'œuvre indienne sur les deux années à venir. Récemment, d’après Reuters, l’usine située à Zhengzhou a signé un accord de 300 millions de dollars avec un développeur vietnamien pour agrandir une nouvelle usine locale.

L’inde profite de ce désordre pour tenter d’attirer les entreprises à investir sur son sol et ainsi devenir un concurrent durable pour la Chine et le Vietnam. D’après The Register, New Delhi souhaite augmenter sa production électronique locale de 400% d’ici 2026. Dans le même temps, le pays a mis en place un programme de subventions de 10 millions de dollars afin d’attirer les fabricants de semi-conducteurs. Foxconn qui s’est allié à Vedanta, une compagnie minière, afin de s’implanter durablement en Inde.

La Chine toujours bien présente

Selon le South China Morning Post, même si Foxconn diversifie sa chaîne d’approvisionnement, le président Liu Young-Way, a informé que la société va continuer d’investir une grosse partie de ses revenus en Chine continentale. Dans cette optique, le média chinois lifeweek, a indiqué que le plus grand site d'assemblage au monde pour l'iPhone a promis une prime allant jusqu’à 12 500 yuans (environ 1700 euros) de décembre à janvier afin de recruter entre 100 000 et 120 000 personnes pour relancer durablement la production.

Le gouvernement chinois semble avoir pris la mesure du problème puisque, d’après des sources internes, la Chine va desserrer l’étau de sa politique « zéro Covid-19 ». À ce titre, dernièrement, un travailleur de l’usine a déclaré que l’entreprise a informé les ouvriers qu’ils allaient pouvoir retourner dans leurs appartements à l’extérieur du site dans « les prochains jours ». D’après le South China Morning, Pékin a commencé à assouplir sa politique liée au Covid-19 en allégeant les contrôles liés à l’épidémie comme les restrictions sur les déplacements interurbains.