Alors que le « Google russe » subit de plein fouet les retombées de la guerre en Ukraine et cherchait il y a quelques jours à s’émanciper de la Russie, Vladimir Poutine reprend la main et nomme un proche, Alexeï Koudrine, à un poste de direction de l'entreprise.

Poutine reprend les choses en main chez Yandex

Selon Les Échos, Alexeï Koudrine fera, dans un premier temps, office de conseiller au sein du géant russe. L'homme vient d'annoncer qu'il allait rejoindre le groupe, alors que d’après des sources internes, Yandex était sur le point de couper les liens avec la Russie. Cela aurait été un coup dur pour Vladimir Poutine, qui a tout tenté pour éviter le pire. Cette nomination peut être interprétée comme « un signe de la mainmise de Moscou sur la société ». Cependant, du côté de Yandex, l'opération n'est peut-être pas si mauvaise non plus.

En effet, Alexeï Koudrine pourrait être susceptible de « convaincre le président russe de la laisser scinder ses activités internationales, comme elle en a le projet ». L'homme de 62 ans a été ministre des finances pendant plus de 10 ans (de 2001 à 2011). Depuis son départ de la Cour des comptes la semaine dernière, Alexeï Koudrine était attendu chez Yandex. En Russie, il est connu pour être « l'une des dernières figures libérales à encore avoir l'oreille du président Vladimir Poutine ».

Comme l'explique Marie Gabrielle Bertran, doctorante en géopolitique à l'Université Paris 8 et au centre GEODE, « cette nomination est la preuve d'une reprise en main du groupe, qui est stratégique pour le numérique russe ». En effet, Yandex est tout de même le premier moteur de recherche en Russie. De son côté, Alexeï Koudrine a assuré qu'il s'efforcerait d'aider Yandex à « préserver sa culture managériale et technologique unique, pour que l'entreprise reste indépendante et la meilleure des hautes technologies en Russie », rapporte l'AFP.

Le géant de la tech paye le prix fort des choix du Kremlin. Selon Forbes, « Poutine a cassé la meilleure entreprise technologique russe ». Créé à Moscou en 1997, Yandex a vu son avenir remis en question depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les sanctions de l'Occident empêchent l'entreprise de se développer dans les bonnes conditions. Dans cette période charnière pour Yandex, Poutine attend beaucoup d'Alexeï Koudrine.

Yandex, dont le siège social est au Pays-Bas, souhaite que ses nouvelles technologies les plus prometteuses soient transférées en dehors de la Russie. Le géant russe espère même vendre ses activités déjà en place dans le pays : son moteur de recherche, son navigateur Internet, ses applications de livraison de repas etc. L’entreprise doit d’abord obtenir l’autorisation du Kremlin avant de transférer des technologies russes à l’étranger. Cela serait un coup dur pour Vladimir Poutine, qui va tout faire pour cela n'arrive pas.