L’agence chargée de superviser les affaires de faillite aux États-Unis, la bankruptcy trustee, dépendant du département de la Justice, a demandé le 1er décembre une enquête indépendante sur la faillite de FTX. Sam Bankman-Fried (SBF), fondateur de la plateforme d’échange de cryptomonnaie, et son entourage, est soupçonné de fraudes. Le principal intéressé à nier lors de prise de parole publique récente.

Dans un dépôt au tribunal fédéral des faillites du Delaware, Andrew Vara, administrateur de l’U.S. bankruptcy trustee, a déclaré « Un enquêteur pourrait - et devrait - enquêter sur les allégations substantielles et graves de fraude, de malhonnêteté, d'incompétence, d'inconduite et de mauvaise gestion ».

Depuis la chute subite de FTX, mi-novembre, SBF est pointé du doigt. Il est soupçonné d’avoir utilisé l’argent de ses clients pour alimenter une autre de ses entreprises, Alameda Research. Plusieurs milliards de dollars auraient disparu. Après un silence long de deux semaines, il avait reconnu des erreurs de gestion et s’en est excusé, mais a affirmé ne pas avoir « cherché à commettre de fraude vis-à-vis de qui que ce soit ».

Les procédures sur la faillite de FTX pourraient servir à une éventuelle enquête pour fraude

John Ray III, le nouveau PDG de FTX, ne s’est pas montré tendre avec le fondateur de la plateforme. Habitué à relever des entreprises en difficulté il a déclaré sur documents judiciaires, « Jamais dans ma carrière je n’ai vu un échec aussi complet des contrôles d’une entreprise et une absence aussi complète d’informations financières fiables comme cela s’est produit ici ». Il a également qualifié la précédente direction de « potentiellement corrompu ».

Une enquête interne a été exigée par John Ray III, pour faire toute la lumière sur cette affaire. Cependant, selon Andrew Vara, « les questions en jeu ici sont tout simplement trop vastes et trop importantes pour être laissées à une enquête interne ». La chute de FTX a entraîné dans son sillage BlockFi et a bouleversé le milieu des cryptomonnaies.

L’U.S. Bankruptcy trustee supervise de plus près les faillites dépassant un certain seuil, en l’occurrence lorsqu’elles impliquent des sociétés dépassant 5 millions de dollars envers ses clients. Toutefois, selon Renato Mariotti, un ancien procureur fédéral qui a livré ses analyses à CNBC, « Cela montre simplement un niveau d'intérêt et d'attention qu'ils accordent à cette affaire qui devrait troubler M. Bankman-Fried ».

Lors du DealBook Summit, l’événement du New York Times où SBF s’est exprimé pour la première fois, le trentenaire a déclaré ne pas se préoccuper d’éventuelles poursuites. Selon lui, il serait pour l’instant focalisé sur le fait de rétablir la situation.