Le gouvernement britannique a désigné Starlink pour un test afin d’équiper les foyers et les entreprises les plus reculés d’un accès Internet haut débit. L’objectif du Royaume-Uni est d’améliorer l’ensemble de la connectivité en garantissant à toute la population la réception d’une couverture fiable. Un projet intéressant pour la société d’Elon Musk puisqu’il répond à son désir de fournir un accès Internet haut débit à travers le monde.

Un projet qui s’inscrit dans les plans du gouvernement

L’essai implique l'envoi de plus de 3 000 satellites en orbite terrestre basse pour voir comment ils peuvent aider à couvrir une dizaine d’endroits « très difficiles à atteindre ». Le test va d’abord être expérimenté sur trois sites éloignés : l’abbaye de Rievaulx du 12e siècle dans le parc national des North York Moors, de Wasdale Head dans le Lake District et du parc national de Snowdonia.

Ce dispositif s'inscrit dans le cadre du Projet Gigabit à hauteur de 5 milliards de livres sterling qui est une initiative du gouvernement visant à supprimer les « notspots », c’est-à-dire des endroits où Internet n’est pas disponible. L’État estime que le haut débit par satellite est une option intéressante lorsque, par exemple, les opérateurs ne peuvent pas installer les câbles. Néanmoins, cette alternative est la plus coûteuse pour les consommateurs.

Le gouvernement britannique considère que les satellites peuvent « être la réponse à la connexion des lieux isolés ». Michelle Donelan, secrétaire au Numérique a déclaré que « ces essais visent à trouver une solution au coût prohibitif du déploiement de câbles dans des endroits éloignés ». De fait, les satellites peuvent fournir des vitesses Internet allant jusqu’à 200 mégabits par seconde (mbps) dans de nombreux endroits, c’est quatre fois plus rapide que la moyenne anglo-saxonne actuelle qui s’approche des 50 mbps, a informé le Département du numérique, de la culture, des médias et du sport.

Le montant du projet avec Starlink n’est pas connu

Récemment, lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Elon Musk a soutenu les Ukrainiens en délivrant gratuitement des paraboles pour permettre aux habitants d’accéder au réseau Internet Starlink. Cependant, le milliardaire américain a déclaré qu’il ne pourrait pas financer Starlink indéfiniment. Le coût des opérations va atteindre pas loin de 100 milliards de dollars d’ici la fin de l’année.

Concernant le gouvernement britannique, le montant de ce projet avec Starlink n’est pas connu. Depuis 2020, le service qui a permis aux entreprises et aux particuliers de se connecter à Internet en Europe revient à 90 euros par mois pour l’abonnement et 500 euros pour l’équipement. Dernièrement, Starlink a décidé de réduire les frais d’abonnement de moitié ce qui a impacté le nombre d’abonnés au service selon Gwyne Shotwell, directrice des opérations chez SpaceX.

Ce choix a toutefois quelque chose de surprenant, le Royaume-Uni n'a pas souhaité collaborer avec OneWeb. Cette dernière est, à l'instar de Starlink, une société de haut débit par satellite dans laquelle les Britanniques, pour la sauver de la faillite, ont investi plus de 500 millions de dollars. Le gouvernement a indiqué qu’il « préfère opter pour la technologie disponible et prête à être utilisée ». De fait, le déclenchement de la guerre en Ukraine a mis un terme aux plans de OneWeb qui ne peut plus collaborer avec la Russie. C’est donc SpaceX qui s’est rapprochée de la société britannique pour lui permettre d’envoyer ses satellites en orbite.