La 4G va devenir minoritaire par rapport à la 5G. C'est le résultat de l'Ericsson Mobility Report publié il y a quelques jours. Cependant, il faut s'attendre à payer de plus en plus cher.

La 5G prend le pas sur la 4G

C'est officiel : la 5G est sur le point de franchir une étape importante. Selon Ericsson, un milliard d'utilisateurs à travers le monde utiliseront bientôt la 5G. Un chiffre encore loin derrière la 4G, qui a atteint environ 5 milliards d'abonnés en 2022, mais l'écart se resserre et le nombre d'utilisateurs de 4G diminue, tandis que la 3G a quasiment disparu. En effet, Ericsson prévoit que la croissance de la 4G atteindra son apogée à la fin de l'année 2022 et que la 5G remplacera la norme de connectivité en vigueur.

L'Ericsson Mobility Report précise qu'en 2028, « le taux de couverture de la population mondiale en 5G pourrait atteindre 85 % ». La consommation moyenne mensuelle de données par smartphone pourrait atteindre à cette date 52 Go en Europe. En France, elle n'est pour le moment que de 13,4 Go par mois pour un abonné 4G selon l'Arcep (l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse).

Le rapport du géant suédois précise que « nous devrons probablement payer plus cher pour cela ». En Europe, il est de plus en plus courant de voir les prix des forfaits varier en fonction des différents niveaux de vitesse. Il ne s'agit vraisemblablement pas d'une pratique isolée. 25 % des opérateurs proposant la 5G  dans le monde « facturent un surcoût d'environ 40 % ». Aux États-Unis, c'est plus compliqué car les principaux opérateurs de téléphonie mobile incluent la connectivité 5G dans tous leurs forfaits de données illimités.

Ils prétendent donc ne pas facturer la 5G à un prix supérieur à la 4G. Mais ce n'est pas tout à fait vrai. Verizon propose un forfait illimité « premium » pour accéder aux bandes de fréquences basses de la 5G, tandis que les forfaits illimités moins chers sont permettent seulement d'accéder à la « Nationwide 5G », une fréquence plus lente. En Amérique du Nord, environ 35 % des abonnés mobiles seront en 5G à la fin de l'année 2022. De son côté, T-Mobile inclut les bandes de fréquences basses 5G dans tous ses forfaits illimités.

Ericsson estime que les opérateurs vont exploiter cette caractéristique pour inciter les clients à passer à la vitesse supérieure et donc à payer plus cher. Le rapport de la société indique que « cette stratégie de tarification gagne du terrain, et maintenant 24 % de ceux qui ont une offre 5G l'utilisent pour segmenter le marché et motiver les consommateurs à passer à des paliers plus élevés ». Pour résumer : la 5G progresse, mais il faut s'attendre à payer de plus en plus cher pour pouvoir y accéder.