Jack Ma, le fondateur du géant de l’e-commerce Alibaba, homme le plus riche de Chine jusqu’à 2021, aurait vécu six mois au Japon selon le Financial Times. Longtemps très influent dans l’Empire du Milieu, il a disparu un temps au tout début de la répression de Pékin contre le secteur technologique et ses milliardaires en octobre 2020. Depuis ses apparitions restent exceptionnelles.

Le calme japonais après la colère pékinoise

Jack Ma s’est éloigné des tumultes de la vie politique chinoise, entre une politique zéro Covid qui suscite une protestation populaire inédite depuis les événements de Tianamen en 1989 et une reprise en main du secteur de la Tech par Pékin qui n’en finit pas.

Le milliardaire aurait profité du calme retrouvé de son existence pour peindre, s’intéresser à l’art moderne japonais ou se rendre dans les stations thermales ou de ski japonais. Selon le quotidien britannique, il aurait également voyagé aux États-Unis et en Israël et fréquenterait des clubs sélects de Tokyo, apprécié des riches citoyens chinois présents au Japon.

Depuis deux ans Jack Ma n’occupe plus ses journées à rencontrer le gratin du parti communiste chinois ou des dirigeants occidentaux. Un discours critiquant les banques d’État de son pays lui a attiré les foudres du tout-puissant président Xi Jinping.

Cette prise de parole intempestive semble avoir été le déclencheur d’une remise au pas du milieu technologique chinois et de leurs fondateurs devenus des menaces au pouvoir du président. C’est Ant Group, l’une des sociétés de Jack Ma qui a été la première touchée, empêchée d’entrer en Bourse par les autorités de régulation chinoise. Quelques mois plus tard, Alibaba est condamné à une amende record de 2,3 milliards d'euros pour abus de position dominante.

Jack Ma, installé à Hangzhou, où est basée son entreprise, disparaîtra des radars après cet événement, alimentant toute sorte de rumeurs. Sa première apparition médiatique a lieu trois mois plus tard, fin janvier 2021, dans une vidéo destinée aux enseignants des milieux ruraux.

À quoi Jack Ma occupe son exil plus ou moins forcé ?

Depuis il a été aperçu à un événement d’Alibaba, à Hong Kong, à Majorque en Espagne, cet été aux Pays-Bas, pour se renseigner sur la production alimentaire durable. D’après l’une des sources du Financial Times, Jack Ma aurait profité de son séjour au pays du Soleil levant pour étendre ses activités économiques.

Il se montrerait très intéressé par les questions liées au développement durable, maintenant qu’il s’est éloigné de ses deux créations, Alibaba et Ant Group. La question d’un retour sur le devant de la scène avec un nouveau projet est toujours possible, surtout avec une fortune estimée à plusieurs dizaines de milliards, mais qu’en dirait le chef de Pékin ?