Au fil des années, la chaîne d'approvisionnement d'Apple évolue et les liens entre la Chine et le géant américain semblent diminuer. Reuters a mené une enquête à ce sujet, qui montre qu'il y a une véritable volonté de diversification de la part de la marque à la pomme.

Apple tente de se défaire de la Chine

La plus grande usine de fabrication de l'iPhone au monde, exploitée dans le centre de la Chine par Foxconn, est actuellement confrontée à des déficits de production et à un conflit avec les travailleurs chinois qui ne supportent plus les conditions imposées par le gouvernement. La politique zéro Covid-19 désirée par Pékin suscite des protestations et des émeutes. L'usine de Foxconn en fait les frais depuis plusieurs semaines et les analystes s'attendent à ce que la production d'Apple soit sévèrement impactée.

Cette politique stricte à l'égard du Covid-19 est l'une des raisons pour laquelle Apple tente de se défaire de la Chine. En effet, dans son analyse, Reuters que la présence d'Apple en Chine est en déclin. En 2019, la Chine était le lieu principal de production d'Apple et le géant américain comptait environ 47 % de ses fournisseurs sur le territoire chinois. Ce chiffre est tombé à 41 % en 2020, et à 36 % en 2021. Les données montrent qu'il y a une volonté de diversification de la part d'Apple, qui réalise de plus en plus d'investissements en Inde et au Vietnam.

La marque à la pomme a également augmenté la part de ses achats à Taïwan et aux États-Unis et ailleurs. Pour faire simple, Apple est en train de « remodeler sa structure d'approvisionnement mondiale », même si les analystes et les universitaires disent que l'entreprise restera toujours dépendante de la Chine pendant encore de nombreuses années. Selon Eli Friedman, professeur associé à l'université Cornell qui étudie la main-d'œuvre en Chine, « la chaîne d'approvisionnement chinoise ne va pas s'évaporer du jour au lendemain ».

La stratégie d'approvisionnement d'Apple change également en raison des tensions commerciales et géopolitiques croissantes entre Pékin et Washington, qui présentent des risques potentiels à long terme. Pour ne pas perdre son meilleur client, Foxconn accélère son expansion en Inde, avec un plan visant à quadrupler la main-d'œuvre de son usine d'iPhone en deux ans. Un iPhone sur quatre sera fabriqué en Inde d'ici 2025, et ce sera le cas d'environ 25 % de tous les produits Apple.

Cependant, les chercheurs précisent que « le Vietnam et l'Inde ne sont pas la Chine. Ils ne peuvent pas produire à la même échelle, avec la même qualité, les délais d'exécution et la fiabilité de l'infrastructure ».