L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) a annoncé, le 25 novembre, que plusieurs chercheurs japonais avaient falsifié les données d’une expérience destinée à simuler les conditions de vie quotidienne au sein de l’ISS, la station spatiale internationale. Cette étude était dirigée par Satoshi Furukawa, le troisième japonais à avoir accompli une mission longue dans l’espace.

La réputation de la JAXA entachée par une fausse expérience

L’expérimentation, conduite entre 2016 et 2017, a impliqué 40 participants. Ces derniers ont été enfermés deux semaines dans une capsule reproduisant l’environnement de vie des cosmonautes à l’intérieur de l’ISS. L’objectif était d’observer leur niveau de stress et l’évolution de leur santé mentale dans un milieu confiné. Pour y parvenir, des prises de sang et des analyses d’urine ont été effectuées, ainsi que des entretiens pour faire un point sur leur état psychologique.

Or, d’après le média japonais NHK World-Japan, les deux personnes en charge de ces entrevues ont fabriqué de fausses données, sans avoir inspecté les membres, et réécrit leur diagnostic. Il faut attendre novembre 2020 pour que la JAXA remarque que certaines données ne concordent pas. L’expérience, dont le coût s’élève à 1,4 million de dollars, a par la suite été suspendue.

D’après Hiroshi Sasaki, le vice-président de la JAXA, les chercheurs ont déclaré être trop occupés pour se consacrer à la recherche de la mission. Lors d’une conférence rapportée par l’agence de presse Kyodo News, Hiroshi Sasaki s’est excusé de « la gestion bâclée de l'expérimentation qui a porté atteinte à la crédibilité des données de recherche et à la valeur scientifique de la recherche dans son ensemble ». Il ajoute qu’« il s’agit d’un cas qui serait décrit pas les chercheurs et la société en général comme une falsification et une réécriture des données. Nous présentons nos plus sincères excuses et nous ferons tout notre possible pour éviter que cela ne se reproduise ».

La JAXA a indiqué qu’elle allait sanctionner Satoshi Furukawa pour avoir fermé les yeux sur cette affaire. Toutefois, n’étant pas lui-même impliqué dans la création des fausses données, l’astronaute va pouvoir remplacer Koichi Wakata à bord de l’ISS en 2023.