En France, le ministère de l'Économie a décidé d'être à l'initiative en invitant les agences, les annonceurs, les plateformes, l'Autorité des marchés financiers et la Direction de la concurrence le 9 décembre 2022 dans ses locaux, dans l'objectif d'encadrer les pratiques des influenceurs.

Le gouvernement français s'intéresse aux influenceurs

Selon France Info, « la réunion doit porter sur l'encadrement des pratiques des influenceurs, qui vivent grâce aux publicités qu'ils font sur les réseaux sociaux, mais aussi sur l'encadrement de leur fiscalité ». Cette table ronde exceptionnelle doit donc permettre de poser un nouveau cadre et de définir les règles qui permettront de mieux réguler les missions des influenceurs, notamment sur le plan de la fiscalité. Bercy s'était engagé à organiser une telle réunion. Elle aura lieu le 9 décembre prochain.

En quelques années à peine, les influenceurs se sont imposés comme les nouveaux idoles des adolescents. De nombreux cas d'escroqueries ou de fraudes fiscales ont été rapportés à leur sujet. Le gouvernement français souhaite prendre « le cas des influenceurs » à bras-le-corps, selon les mots d'Olivia Grégoire, la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, dans une interview accordée le 23 novembre 2022.

Récemment, des influenceurs ont été pris en train de présenter des maillots de football à des prix « défiants toute concurrence ». Seulement voilà, ce ne sont pas des maillots officiels. Il s'agit de contrefaçon. À l'occasion du Black Friday, d'autres ont accepté de mettre en avant des offres frauduleuses. Bref, des pratiques parfois illicites, qui gênent de plus en plus le gouvernement. Olivia Grégoire avait prévenu : « Bercy est en train de travailler sur le cas des influvoleurs mis en évidence par Booba, mais les démarches prennent du temps ».

Même son de cloche du côté de Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des finances. Il assure que l'objectif de cette réunion est de bâtir une stratégie commune et d'engager les influenceurs en matière de responsabilité sur le sujet des contrefaçons. Il promet qu'une « consultation est prévue et nous agirons en 2023 ». La réunion du 9 décembre portera donc sur l'encadrement des pratiques des influenceurs, qui vivent grâce aux publicités qu'ils font sur les réseaux sociaux.

Le nombre d'influenceurs vivant à l'étranger à explosé au cours des dernières années. Il sera donc bien évidemment question de leur fiscalité. Bercy n'exclut pas de légiférer sur leurs pratiques, qui sont de plus en plus dénoncées. À ce sujet, le député écologiste du Val-d'Oise Aurélien Taché, a déposé une proposition de loi pour définir un cadre légal à l'activité des professionnels de l'influence.