Le géant taïwanais Foxconn a annoncé il y a quelques jours le recrutement de Chiang Shang-yi, un vétéran et spécialiste des semi-conducteurs. L'homme a des dizaines d'années d'expérience chez certains des plus grands fabricants de puces du monde.

Foxconn recrute Chiang Shang-yi, le grand ponte des semi-conducteurs

Avec ce recrutement de choix, Foxconn compte bien poursuivre son expansion dans le domaine des semi-conducteurs et renforcer sa chaîne d'approvisionnement. Surtout connu pour être le plus grand assembleur de l'iPhone au monde, Foxconn cherche vraisemblablement de nouveaux moteurs de croissance. Le marché des véhicules électriques en est un. En effet, il y a quelques semaines, le géant taïwanais a présenté deux nouveaux modèles pour séduire les constructeurs automobiles.

Le marché des semi-conducteurs intéresse aussi Foxconn. Le recrutement de Chiang Shang-yi semble le confirmer. Cet homme de 70 ans va conseiller Foxconn sur la stratégie à adopter en matière de semi-conducteurs et rendra compte directement au directeur général Young Liu dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Le grand patron de Foxconn a déclaré que « notre entreprise est reconnaissante qu'un vétéran des semi-conducteurs aussi chevronné nous rejoigne à ce moment important du développement du groupe ».

Passé par Taiwan Semiconductor Manufacturing Co, Chiang Shang-yi s'est fait un nom pour avoir mené des percées technologiques qui ont aidé la société à devenir le plus grand fabricant de puces au monde qu'il est aujourd'hui. C'était en 2003. À l'époque, l'homme s'est fait connaître dans le monde entier grâce à la mise au point d'une méthode révolutionnaire de fabrication des puces. Suite à cette prouesse, il a été nommé chef des opérations chez TSMC. Depuis, ses passages chez des concurrents chinois se sont révélés moins fructueux.

En 2016, il a été embauché chez SMIC, le concurrent chinois de TSMC. Trois an plus tard, il a brièvement rejoint une autre société de semi-conducteurs basée en Chine, qui a fermé en 2021 après avoir connu des problèmes financiers. En 2020, il a de nouveau été embauché par SMIC, cette fois-ci en tant que vice-président, dans le cadre d'un effort visant à soutenir l'industrie chinoise des puces face aux restrictions américaines et au renforcement des contrôles à l'exportation.

Aujourd'hui, il rejoint Foxconn alors que l'activité principale d'assemblage électronique du groupe est confrontée à des défis importants, notamment la diminution de la demande mondiale de produits électroniques, les perturbations liées au Covid-19 dans ses opérations de fabrication et les risques géopolitiques croissants. En ce moment, Foxconn traverse une période très délicate à Zhengzhou, là où se trouve sa plus grande usine.

Le géant taïwanais a besoin de 100 000 travailleurs pour relancer la production de l’iPhone, et peine à les trouver. Les restrictions sanitaires obligent les travailleurs à se confiner à l'usine et les nouvelles recrues doivent passer par quatre jours de quarantaine. Les chinois ne veulent plus de cela. Les perturbations à l'usine ont poussé les autorités locales du Henan à aider au recrutement.