Les membres de la rédaction de Gamekult ont annoncé ce jeudi 17 novembre leur départ. Il sera effectif à partir du 7 décembre. Les journalistes déplorent dans une lettre publiée sur le site, un « contexte économique et médiatique toujours plus hostile pour l'indépendance de la presse jeu vidéo ».

Une page se tourne pour Gamekult

Mardi 28 juin 2022, Reworld Media a acquis les activités Publisher de Unify, le pôle édition web de TF1. Grâce à cette acquisition, l’entreprise a ajouté à son portefeuille de marques des sites d’informations spécialisés comme Les Numériques, Doctissimo, Marmiton, et Gamekult.

Fondé en décembre 2000, le pure player a toujours été dans le haut du classement annuel des sites spécialisés établi par l’Agence française pour le jeu vidéo (AFTJ). Après avoir atteint son apogée en 2012 en arrivant à la seconde place, le site a depuis plafonné au cinquième rang. Au fil de ces résultats, la valse des actionnaires a commencé avec LDLC, Cup Interactive ou encore Newen. C’est en 2015 que TF1 rachète Gamekult et l’intègre à Unify.

Au cours de l’année de ce rachat, Gamekult a proposé à ses lecteurs un abonnement pour financer des articles et des enquêtes. Le site comptait début d’année 2022, un peu plus de 12 200 abonnées. De plus, il avait annoncé la mutualisation de sa rédaction avec Les Numériques, au mois de février 2022, pour maintenir sa bonne santé financière.

Reworld Media, fondé en 2012, a établi sa stratégie sur l’acquisition de nombreux titres de presse magazine. L’entreprise possède notamment Grazia, Maison & travaux ou encore Autoplus. Arrêt sur Image avait publié en 2019 une enquête titrée Reworld, ou le cauchemar de l'avenir du journalisme. Celle-ci précisait que l’entreprise réduisait au maximum les coûts de production. Elle profite en général du départ des journalistes pour réduire le nombre de postes. Les rédactions sont aussi forcées de recruter plus de stagiaires que de CDI afin de réduire la masse salariale.

Dans leur lettre, les journalistes de Gamekult s'attristent d’une « décision extrêmement lourde ». « Après avoir considéré toutes les options, c'est pour nous la seule issue possible », ajoute la rédaction, parlant d'une « décision quasi unanime ». Elle a annoncé d’ici début décembre quelques « gros rendez-vous » dans l’actualité du secteur.

Pour la suite, les journalistes de Gamekult pourraient s’inspirer de plusieurs rédactions ayant déjà créé leur premier média. À l’instar de Solary, fondée à la suite du rachat d'Eclypsia en octobre 2017, ou encore Science&Vie. Les journalistes du magazine scientifique ayant démissionné suite à l’arrivée de Reworld, ont créé un concurrent Epsiloon.