Dans une récente étude, le Pew Research Center fait état du rapport entre les adolescents et les réseaux sociaux. Contrairement à de nombreuses idées reçues, les jeunes dressent un tableau nuancé de l'impact des médias sociaux sur leur vie.

Quelle perception les adolescents ont-ils des réseaux sociaux ?

Depuis quelques années, la société s'inquiète de l'impact des réseaux sociaux sur les jeunes. Contrairement à la radio et à la télévision, la nature hyper-connectée des médias sociaux pourrait avoir un impact négatif sur la santé mentale des adolescents. Dans cette étude, on constate que les adolescents dressent un tableau plus nuancé. Cette enquête réalisée du 14 avril au 4 mai 2022 auprès d'adolescents américains âgés de 13 à 17 ans, laisse penser que « les réseaux sociaux permettent d'approfondir les liens et apporte un certain soutien en cas de besoin ».

Une proportion plus faible, mais non négligeable, reconnaît les drames et les pressions qui peuvent accompagner l'utilisation des médias sociaux. 80 % des répondants déclarent que ce qu'ils voient sur les médias sociaux leur donne l'impression d'être plus connectés à ce qui se passe dans la vie de leurs amis. 71 % disent qu'ils ont l'impression d'avoir un endroit où ils peuvent montrer leur côté créatif. 67 % estiment que les réseaux sociaux leur donnent l'impression d'avoir des gens qui peuvent les soutenir dans les moments difficiles.

Sur la question de l'impact global des médias sociaux sur leur vie personnelle, les adolescents sont plus nombreux à dire que cet impact a été positif (32 %) que négatif (9 %). La majorité des répondants décrit cet impact comme étant « neutre » (59 %). En revanche, 38 % des adolescents disent se sentir dépassés par tous les drames qu'ils voient sur les médias sociaux, tandis qu'environ 30 % disent que ces plateformes leur donnent l'impression que leurs amis les laissent de côté. 29 % estiment avoir déjà ressenti une forme de pression au moment de poster du contenu pour savoir s'il obtiendra beaucoup de likes et de commentaires.

Les jeunes filles sont plus nombreuses à subir certaines de ces pressions. 28 % déclarent que les réseaux sociaux leur donnent l'impression que leur vie est « ratée ». Les garçons ne sont que 18 % à le penser. Étrangement, si les adolescents ont tendance à considérer l'impact des médias sociaux sur leur propre vie dans des termes positifs plutôt que négatifs, ils sont plus critiques quant à leur influence sur la vie de leurs amis. Ils sont 9 % à penser que les médias sociaux ont eu un effet négatif sur eux, mais 32 % à le penser sur la vie des adolescents en général.

Leur perception de la réalité est-elle biaisée ? Selon une récente étude publiée dans Nature Communications sur l'impact des réseaux sociaux et la santé mentale des jeunes, l'âge est la variable la plus importante. Les chercheurs tentent de déterminer qui sont les jeunes les plus à risque pour pouvoir les accompagner. Les résultats de l'étude montrent qu'en fonction de l'âge, le cerveau ne réagit pas de la même façon à l'impact des réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux effectivement avoir un impact sur la santé mentale, bien que faible, à deux moments précis : à la puberté et lorsque les jeunes s'apprêtent à quitter le foyer familial. Un jeune homme interrogé déclare que « je pense que ce serait un peu le désordre si les médias sociaux disparaissaient. Je passe 99 % de mon temps dessus quand je suis sur mon smartphone. Je suis toujours en ligne et je sors à peine de ma chambre. Mon père dit que je devrais sortir et jouer avec les gens, mais je ne suis pas très doué pour me faire des amis dans la vraie vie ».