L’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) a profité de l’European Cyber Week, organisée à Rennes du 15 au 17 novembre, pour présenter une étude de son tout jeune Observatoire des métiers de la cybersécurité intitulé « Attractivité et représentations des métiers de la cybersécurité ». L’agence souhaite mieux connaître l’image du secteur auprès des étudiants, afin de pouvoir les y attirer.

La cybersécurité française a besoin de vous !

C’était en filigrane tout au long de l’événement organisé par le Pôle d’excellence cyber, l’univers de la cybersécurité et de la cyberdéfense manque de bras. Dans ce secteur extrêmement dynamique, Jean-Noël Barrot, ministre délégué au Numérique, avait déclaré vouloir la création de 37 000 emplois supplémentaires.

Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, ne s’en cache pas, aujourd’hui « les ressources humaines représentent une priorité » dans un secteur où il existe un décalage entre l’offre et la demande et où persistent de nombreux biais. Cette enquête sur les perceptions des métiers de la cybersécurité doit justement permettre « d’identifier les leviers futurs pour attirer encore plus de talents ».

Elle a été réalisée sous la forme d’un questionnaire transmis à des écoles d’ingénieurs, universités et organismes de formation, en partenariat avec la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) du ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion et en mobilisant la direction prospective de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa). 3 627 réponses ont été réceptionnées et réparties en trois catégories, les élèves en filière cybersécurité, ceux en informatiques et ceux d’autres filières (scientifique, commerce, communication, droit…).

Le profil des répondants met en évidence l’un des biais que regrette le plus Guillaume Poupard, la surreprésentation écrasante des hommes dans le milieu. Les femmes ne représentent que 25 % du total, portées par la catégorie « hors informatique ». Dans les filières cybersécurité, ce chiffre tombe à 14 %.

Le caractère très masculin des métiers de la cybersécurité fait partie des représentations qui reviennent unanimement dans les trois catégories d’étudiants interrogés. Aurélie Bauer, cheffe du Centre de Formation des Systèmes d’Information à l’ANSSI, souligne qu’il faut « vraiment parvenir à faire comprendre que la cyber n’est pas réservée aux hommes ». Hormis cette question, centrale, la grande majorité des répondants a entre 20 et 25 ans, très diplômé, bac +5 et plus, ce qui correspond aux profils intéressant l’agence.

L’image des métiers de la cybersécurité qui ressort de l’enquête est globalement positive. Ils sont jugés d’importance, utiles pour la société, en constante évolution, innovants et d’avenir. Parmi les points négatifs, les répondants des trois catégories s’accordent sur leurs craintes pour concilier vie privée et vie professionnelle.

L’ANSSI rêve de son Bureau des légendes

Les étudiants des filières informatiques et autres perçoivent également les métiers de la cybersécurité comme très exigeant et les estimes réservées à des professionnels du secteur. Plus de 50 %, dans ces deux catégories, jugent le domaine peu ouvert à la reconversion. C’est l’autre préjugé contre lequel souhaite lutter Aurélie Bauer, « il faut communiquer pour faire savoir qu’une reconversion est possible », elle ajoute que l’ANSSI désire « lancer un travail auprès des étudiants d’autres cursus » pour valoriser les métiers du secteur. Dans ces filières « autre », 63 % affirment avoir peu ou pas du tout connaissance de ce milieu.

extrait rapport ANSSI

Source : ANSSI

Outre la communication classique auprès des étudiants pour combler cette carence, la question de la représentation de la cybersécurité dans le monde de la fiction se pose. En effet, dans les autres cursus, les répondants ont entendu parler des parcours cyber par le biais des médias, à 49 %, ou des séries et du cinéma, à 41 %. Leurs camarades des cursus cyber et informatique ont majorité été renseignés au cours de leur orientation.

extrait rapport ANSSI

Source : ANSSI

Un constat qui a amené un Guillaume Poupard amusé à déclarer « Nous rêvons tous de notre Bureau des légendes de la cybersécurité ». Le succès de la série de Canal+, sur la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le renseignement extérieur français, avait entraîné une vague de candidature. Avis aux show runner intéressés ?