Elon Musk a répondu, au sein d’un espace Twitter, le 9 novembre, aux questions de Robin Wood, responsable des solutions clients chez Twitter, et David Cohen, président-directeur général de l’IAB, une organisation spécialisée dans la publicité numérique. Le nouveau dirigeant du réseau social a tenu à répondre à quelques interrogations concernant le futur de la plateforme et à rassurer les annonceurs.

Elon Musk mise tout sur Twitter Blue

« Nous voulons être dans une poursuite rigoureuse de la vérité, être en quelque sorte dans le business de la vérité », a déclaré Elon Musk, propos rapportés par Sarah Fischer, journaliste pour le média américain Axios. Pour le milliardaire, l’objectif est de redonner le pouvoir au peuple, en mettant tous les comptes sur un pied d’égalité et en mettant en avant la nécessité de la liberté d’expression sur Twitter.

Pour y parvenir, les équipes de l’entreprise californienne ont commencé à repenser Twitter Blue en intégrant un badge de certification, similaire à celui possédé par les personnalités publiques, au prix de 8 dollars par mois. L’élévation du tarif de l’abonnement premium du réseau social devrait également permettre « d’augmenter le coût d’un bot ou d’un troll à entre 1 000 et 10 000 dollars par mois ». Selon Elon Musk, ce n’est pas seulement une question d’argent, les utilisateurs malveillants « ne possèdent pas des millions de cartes de crédit et de numéros de téléphone ».

En ce qui concerne les potentielles dérives de ce système, Robin Wood a demandé au patron de Tesla de clarifier les mesures prises par Twitter à ce sujet. Il révèle que Twitter « va être extrêmement rigoureux pour éliminer la tromperie. Si quelqu’un essaie d'usurper l'identité d’une marque ou d’une personnalité publique, son compte sera suspendu ».

Elon Musk mentionne également le fonds d’investissement à destination des créateurs de contenus de la plateforme. Il explique que « nous devons offrir aux créateurs un moyen de monétiser leurs contenus. Si nous offrons une solution plus intéressante que nos concurrents, il est évident qu’ils publieront nativement sur Twitter ».

Par ailleurs, le fraîchement nommé PDG de Twitter n’envisage pas de développer la branche commerciale du réseau social pour le moment. « Nous avons beaucoup à faire du côté logiciel. Nous allons changer un tas de code de base », a-t-il indiqué.

Quelle place pour le journalisme sur Twitter ?

Si Elon Musk souhaite loger tout le monde à la même enseigne, c’est également le cas pour les journalistes. Il estime qu’il est nécessaire « de valoriser le journalisme citoyen » sur la plateforme. Pour autant, l’entrepreneur semble avoir une rancœur à l’encontre des grands médias qui, selon lui, ne publient pas toujours la vérité.

« Je ne dis pas que nous devrions en quelque sorte minimiser les grands organismes de presse ou les journalistes éminents » s’est-il rattrapé, « je dis simplement que nous devrions mettre en avant les gens et donner plus de place à la voix du peuple ».

À la reconquête des annonceurs

Pour conclure, Elon Musk a répondu à quelques questions de Robin Wood et David Cohen au sujet de la publicité sur la plateforme et les risques encourus par les marques pour leur image. Le dirigeant de SpaceX affirme que « si un annonceur souhaite lancer une campagne publicitaire sur Twitter, elle ne sera pas placée à côté d’informations négatives ou de contenus inappropriés pouvant nuire à sa réputation ». Il précise que ses équipes sont en train de travailler sur la qualité d’affichage des publicités au sein de la plateforme.

Pour modérer les propos tenus sur la plateforme et rassurer les annonceurs, l’homme le plus riche du monde a prévu de mettre en place un « conseil de modération de contenus ». Pour le moment, il ne sait pas encore qui composera cette petite assemblée et souligne avoir besoin de « quelques mois pour mettre cela en place ».

De plus, il assure que ses équipes s’affairent à renforcer les politiques d’utilisation de Twitter. Yoel Roth, responsable de la sécurité du réseau social, a ajouté que « l’une des directions vers lesquelles Twitter essaye de tendre est de disposer de plus d’outils afin de pouvoir réduire les effets néfastes du contenu sans toujours devoir bannir les comptes ».

Enfin, Elon Musk a adressé quelques mots aux annonceurs ayant déjà déserté le réseau social, craignant pour leur image. Il soutient que « la meilleure façon de comprendre ce qui se passe avec Twitter est d’utiliser Twitter ».