La vague de départs d’utilisateurs rapportée sur Twitter ne serait pas si importante, selon une FAQ réalisée en interne. D’après ce document, l’entreprise enregistre en effet une hausse importante de son nombre d’utilisateurs quotidiens monétisables. En revanche, les annonceurs, eux, quittent bel et bien la plateforme.

Une augmentation des utilisateurs monétisables

Arrivé à la tête de Twitter le 27 octobre dernier, Elon Musk n’a pas hésité à opérer de très nombreux changements au sein du réseau social, notamment en se séparant de plusieurs de ses dirigeants et de près de la moitié du personnel. Pour l’heure, les décisions du milliardaire n’auraient néanmoins pas fait baisser le nombre d’utilisateurs de la plateforme, d’après un document interne consulté par The Verge. Cette FAQ a été communiquée à l'équipe commerciale de Twitter afin qu'elle l'utilise dans ses conversations avec les annonceurs afin de les rassurer.

Au contraire, la croissance du nombre d'utilisateurs quotidiens monétisables de Twitter s'est accélérée pour atteindre plus de 20 %, ce qui constitue la plus grande hausse de son histoire, tandis que « le plus grand marché du réseau social, les États-Unis, connaît une croissance encore plus rapide ». Toujours selon la FAQ, Twitter a engrangé plus de 15 millions d'utilisateurs quotidiens monétisables, « franchissant ainsi la barre du quart de milliard » depuis la fin du second trimestre, date à laquelle l'entreprise a cessé de communiquer ses données financières en tant que société publique.

Plusieurs facteurs à prendre en compte

Si ce chiffre est encourageant pour l’entreprise, qui souhaite doubler ses profits sur les deux prochaines années, elle doit faire face à un départ précipité des annonceurs, bien que Musk ait publié un texte avec l’objectif de les rassurer dès son arrivée à la tête de Twitter.

Les annonceurs s’en vont pour plusieurs raisons. En effet, des rapports ont établi que les propos et contenus haineux avaient explosé sur la plateforme après la prise en main d’Elon Musk. Ce dernier a d’ailleurs affirmé que Twitter avait enregistré « une baisse massive de ses revenus » due aux « groupes d'activistes faisant pression sur les annonceurs ». La plateforme a ensuite expliqué que ce phénomène résultait de « campagnes coordonnées de trolling ».

Par ailleurs, la démission de la dirigeante de la publicité, Sarah Personette, a empiré la situation puisqu’elle était la personne avec qui les annonceurs échangeaient lorsqu’ils avaient des questions ou des inquiétudes.

Les changements rapides au sein de Twitter inquiètent

Les posts d’Elon Musk sur Twitter n’aident pas à améliorer la situation. Le milliardaire a par exemple relayé une information très douteuse sur l’attaque du mari de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Si le tweet a depuis été supprimé, il pose des questions sur la propagation d’informations douteuses sur le réseau social.

Musk assure toutefois que Twitter doit devenir « de loin la source d'informations la plus précise dans le monde ». Il a par ailleurs déclaré que les règles de modération restaient inchangées et qu’un Conseil de modération regroupant des personnes aux « points de vue très diversifiés » serait mis en place.

Les annonceurs s’inquiètent également des changements opérés de manière très rapide sur la plateforme, à l’instar de l’abonnement Twitter Blue qui va passer à 8 dollars mensuels. Au départ, Musk a voulu l’imposer presque directement à un prix de 16 dollars, mais les nombreuses critiques, notamment de l’écrivain Stephen King, l’ont entraîné à ralentir le processus. Finalement, son déploiement se fera après les élections de mi-mandat, et il ne devrait pas affecter les comptes d’ores et déjà vérifiés, contrairement à ce qui était prévu au départ.

Les nombreux bouleversements au sein de la hiérarchie de Twitter et dans son fonctionnement créent un important climat d’incertitude pour les annonceurs, mais les équipes de l’entreprise semblent bien décidées à inverser la tendance, et l’augmentation des utilisateurs monétisables pourrait constituer un très bon argument en leur faveur. À voir s’ils seront convaincus.