Dans le but de déployer de nouvelles fonctionnalités innovantes, le géant du paiement en ligne PayPal a décidé de se rapprocher d'Apple selon une annonce du 3 novembre. Les deux entreprises travaillent en étroite collaboration pour faire en sorte que les applications PayPal, ainsi que Venmo, puissent supporter les paiements sans contact sur iPhone et sur les montres connectées de la marque à la Pomme.

PayPal fait appel à Apple pour offrir une nouvelle expérience de paiement

Dans son communiqué mettant en avant ses résultats pour le troisième trimestre 2022, PayPal a révélé qu'elle adopterait prochainement la nouvelle fonctionnalité Tap to Pay d'Apple sur iPhone. Cet outil a été introduit en février dernier et présenté plus en détail dans le cadre de la WWDC 2022. Il exploite la puce NFC des appareils Apple afin de réaliser des paiements d'un appareil à un autre en quelques instants.

Pour PayPal, cette collaboration avec Apple devrait permettre, en plus de l'arrivée du Tap to Pay, d'ajouter l'Apple Pay comme option de paiement sur les plateformes marchandes tierces, mais aussi d'ajouter des cartes de crédit et/ou de débit sur l'Apple Wallet. Selon les informations de MacRumors, Apple Pay devrait également être une option de paiement sur sa propre plateforme marchande, PayPal Commerce Platform. Pour l'instant, ces fonctionnalités ne seront disponibles qu'aux États-Unis à partir de 2023. L'entreprise n'a pas précisé de plan pour déployer ses nouveautés dans d'autres régions du monde.

Apple abuserait-il de sa position dominante avec son Apple Pay ?

Pour PayPal, et sa filiale Venmo, l'objectif est de s'appuyer sur le service proposé par Apple pour offrir aux entreprises et aux commerçants, de nouvelles manières de recevoir leurs paiements. Le but de cette manœuvre, notamment du côté d'Apple, serait de remplacer les terminaux de paiements actuellement utilisés par une grande majorité de commerçants par le Tap to Pay qu'il est possible de combiner avec l'Apple Pay. Ils n'auraient plus à acquérir ce coûteux appareil pour réaliser leurs transactions de manière sécurisée.

Si le service de paiement mobile Apple Pay semble très efficace et intéresse de nombreuses personnes, consommateurs comme commerçants, il a souvent été dans le viseur des autorités. La Commission européenne s'inquiétait déjà de la concurrence déloyale de l'Apple Pay en 2019, et deux années plus tard, elle ouvrait une enquête, remarquant que les fonctionnalités liées à la puce NFC des iPhone n'étaient liées qu'à l'Apple Pay.

Plusieurs entreprises, comme Visa, se sont indirectement plaintes des frais que versent les entreprises à Apple lors de l'utilisation de ses moyens de paiements. Elles n'ont pas hésité à changer leurs modalités de transaction pour baisser leur facture, ce qui a agacé la firme de Cupertino. En mai 2022, l'UE a accusé officiellement Apple de pratiques anticoncurrentielles avec son service de paiements. L'entreprise avait répondu qu'elle ne cherchait qu'à simplifier la vie de ses clients en leur offrant des moyens sûrs de payer sans contact ou en leur proposant de nouvelles expériences de paiement.