Après trois ans de développement, Jack Dorsey vient de dévoiler son nouveau projet : une plateforme numérique dénommée Bluesky (bleu ciel en anglais). Incubé par Twitter, ce réseau social sera décentralisé et octroiera aux utilisateurs un plus grand contrôle sur leurs données personnelles, rompant avec les méthodes souvent opaques des réseaux sociaux prédominants, comme Facebook, Instagram… et Twitter.

Depuis plusieurs jours, la récente officialisation de l’acquisition de Twitter par le multi-milliardaire américain Elon Musk ne cesse d’occuper l’espace médiatique. La position libertarienne d’Elon Musk inquiète autant qu’elle fascine, et présage des changements radicaux pour la plateforme, notamment pour le coût de certification des comptes. L’approche du PDG de Tesla tranche singulièrement avec les méthodes de son prédécesseur, Jack Dorsey, cofondateur et ex-dirigeant de Twitter.

Ce dernier, loin d’abandonner le secteur des plateformes numériques, s’attelle donc à un nouveau projet : Bluesky. Ce réseau social d’un genre nouveau est fondé sur le principe de décentralisation, grâce à la technologie du Protocole AT (Authenticated Transfer Protocol). Ce protocole comporte plusieurs fonctionnalités innovantes, destinées à personnaliser les usages. Les utilisateurs de Bluesky pourront décider de l’emplacement de stockage de leurs données, soit via un hébergeur externe ou via de l’auto-hébergement. Ils auront également la possibilité de choisir les algorithmes de recommandation de contenu qui alimenteront leurs interfaces. Enfin, l'interopérabilité entre les services internes et externes est garantie par le protocole tout en assurant des temps de chargement réduits, offrant ainsi une expérience utilisateur optimale.

Pour faire partie de ses premiers utilisateurs, une liste d’attente pour la version bêta a été ouverte et compte déjà plus de 30 000 inscrits. La plateforme fait donc l’objet d’un intérêt certain, sans pour autant déjà concurrencer Twitter. D’autant que la nature des liens entre les deux plateformes est encore incertaine. Twitter a financé la création de BlueSky à hauteur de 13 millions de dollars et continuera de le faire, même si l’indépendance de la nouvelle application est clamée par les dirigeants de Bluesky, sans toutefois nier une potentielle collaboration future.

Cette initiative s’inscrit dans une dynamique de transition du web 2.0 vers le web 3.0, une version pair-à-pair d’Internet. Pour cela, Bluesky doit encore prouver qu’il n’est pas un énième réseau social centralisé.