Uber a présenté, le 1er novembre, ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2022. L’entreprise spécialisée dans la livraison et les services de mobilité affiche une santé de fer avec un chiffre d’affaires en hausse de 72 %. Malgré tout, Uber ne parvient pas à être rentable et place en sa nouvelle division publicitaire, ses espoirs d’y parvenir.

Uber surpasse les attentes de Wall Street

Au cours de ces trois derniers mois, Uber a enregistré 8,34 milliards de dollars de chiffre d’affaires. C’est 72 % de plus que les 4,84 milliards de dollars du troisième trimestre de 2021. La société basée à San Francisco a dépassé les attentes de Wall Street qui prévoyaient 8,12 milliards de dollars de recettes.

Uber a dévoilé une perte de nette de 1,2 milliard de dollars, bien plus que les 361 millions de dollars attendus par les analystes financiers. Cet écart important s’explique, par la dépréciation de ses actions dans l'entreprise de transport Didi, et d'autres, entraînant une perte de 512 millions de dollars.

Son service de covoiturage et Uber Eats, son activité de livraison de nourriture, ont crû respectivement de 73 % et 24 % sur l’année glissante. Le géant des transports a indiqué que son nombre d’utilisateurs mensuels a augmenté de 14 %, par rapport à la même période l’année précédente, pour atteindre 124 millions d’usagers. Au total, ce sont 1,95 milliard de courses qui auront été effectuées ce trimestre, soit 19 % de plus qu’au troisième trimestre 2021.

Dara Khosrowshahi, président-directeur général d’Uber, a déclaré que « même si l’environnement macroéconomique reste incertain, l’activité principale d’Uber est plus forte que jamais ». D’après lui, le renforcement du dollar américain est ce qui a le plus fortement impacté les finances d’Uber.

La publicité comme nouvelle source de revenus

Alors que la croissance d’Uber continue et que ses pertes nettes se réduisent chaque trimestre, l’entreprise de covoiturage cherche à diversifier ses revenus. Pour y parvenir, elle a lancé, plus tôt dans l’année, sa propre branche dédiée à l’activité publicitaire afin de proposer des publicités sous différentes formes à ses utilisateurs.

Le mastodonte américain a d’ores et déjà commencé à afficher du contenu sponsorisé, et si le fond est semblable aux publicités présentes sur n’importe quelle application, la forme, elle, est discutable. Uber a recours aux notifications push pour diffuser ses publicités comme en témoignent plusieurs captures d’écrans publiées sur Twitter. Une méthode qui pourrait être jugée intrusive par les usagers de l’application et qui pourrait amener la société à repenser sa nouvelle stratégie financière.