Depuis quelques jours, Elon Musk est devenu le nouveau patron de Twitter. Cela n'a pas échappé aux législateurs européens et encore moins à Thierry Breton qui met en garde le milliardaire en précisant que « l'oiseau volera selon les règles européennes ».

Le nouveau Twitter devra respecter les lois européennes

L'acquisition de Twitter par Elon Musk pourrait bien conduire à de multiples « face-à-face » avec les régulateurs européens. Le milliardaire dit depuis plusieurs mois vouloir faire de Twitter une « place publique numérique commune, sans filtre ». Ces déclarations ont évidemment suscité des craintes chez les législateurs européens. Ils pensent qu'avec Elon Musk aux manettes, le réseau social pourrait devenir encore plus polarisé.


Après avoir finalisé son rachat, Elon Musk a tweeté « l'oiseau est libéré ». Dans la foulée, Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, a réagi en répondant qu'en Europe, « l'oiseau volera selon nos règles ». Selon le président de la commission spéciale Julian Knight, un député conservateur du Royaume-Uni, le soutien d'Elon Musk à la « liberté d'expression absolue » va obliger les gouvernements à repenser leur réglementation sur les contenus en ligne.

En vertu de la loi sur les services numériques récemment adoptée par l'Union européenne (le Digital Services Act), les plateformes en ligne comme Twitter, qui ne parviennent pas à lutter contre les contenus illégaux en ligne s'exposent à de lourdes amendes. Le Royaume-Uni cherche aussi à faire passer un projet de loi sur la sécurité en ligne qui obligerait les plateformes à supprimer tous les contenus illégaux et à prendre des mesures contre les contenus désignés comme « légaux mais nuisibles ».

Thierry Breton a également publié une vidéo tournée en mai 2022, dans la quelle on le voit aux côtés du patron de Tesla dans son usine automobile à Austin au Texas. À l'époque, ce dernier assurait être « sur la même longueur d'onde » que le responsable européen à propos de la nouvelle réglementation de l'Union européenne sur le numérique. Cependant, aujourd'hui la prise de contrôle du réseau social par Elon Musk inquiète les ONG qui se battent pour lutter contre la désinformation.

Symboliquement, Elon Musk a par exemple ouvert la porte à un retour de Donald Trump sur la plateforme. L'ancien président des États-Unis avait pourtant été évincé de Twitter peu après avoir soutenu ses partisans qui ont pris part à l'assaut du Capitole en janvier 2021. Il faut néanmoins se méfier avec Elon Musk. L'homme a l'habitude de revenir en arrière sur certaines de ses déclarations. Le vendredi 28 octobre, il a déjà précisé que « Twitter ne peut évidemment pas devenir un enfer où tout peut être dit sans conséquences. Nous allons suivre les lois des pays ».