Akamai et YouGov ont mené une enquête conjointe sur la confiance accordée par les français au commerce en ligne et leur cybersécurité. Les résultats affirment que plus de la moitié des personnes interrogées se disent prêtes à cesser d’interagir avec leurs plateformes habituelles si elles venaient à subir des cyberattaques. Ils doutent également de la capacité de ces revendeurs à protéger leurs données personnelles.

La sécurité en ligne des français prime

Akamai, le spécialiste du cloud et de la protection des données privées, alerte les e-commerçants sur l’absence de confiance des français concernant la sécurité de la distribution en ligne. Après une enquête réalisée en collaboration avec YouGov, elle a souligné que 60 % des consommateurs n’hésiteront pas à interrompre leurs achats sur ces boutiques en ligne en cas de cyberattaque avérée.

Un sondage effectué auprès de 2 029 adultes français a permis de dégager ces statistiques. La méthodologie choisie par les institutions concernées consiste en l’élaboration de questionnaire en ligne auquel 1 905 habitués de l’achat sur internet ont répondu entre le 31 août et le 1er septembre 2022.

45 % d’entre eux estiment qu'elles sont incapables de sécuriser leurs données confidentielles en dépit d’une annonce d’augmentation des dépenses liées à la cybersécurité par les entreprises françaises en mars dernier.

En outre, 26 % des enquêtés considèrent qu’un dédommagement est tout à fait légitime en cas d’exposition de leurs données personnelles. Nombreux (64 %) évaluent le niveau de sécurité des boutiques en ligne avant d’y acheter un article. À défaut d’assurance, 84 % des acheteurs n’ajouteront rien dans leur panier, et pire encore, ils dissuaderont leurs proches d’utiliser ces sites. 60 % des personnes interrogées révèlent qu’elles préfèrent cette alternative.

Les cyberattaques portent préjudice à l’e-commerce

L’Office Nationale des Statistiques (ONS), qui a avancé une baisse de 1,6 % du volume des ventes au détail en août, a mis en exergue un « contexte d’incertitude économique » obligeant les vendeurs à faire plus d’efforts pour « attirer et fidéliser les clients ». Dans l’Hexagone, les tentatives d’attaques sont multiples. 61 % des acheteurs en ligne auraient été exposés à ce risque en 2021. 71 % des français privilégient la protection de leurs données, sensibles, à une expérience d’achat personnalisée.

Les boutiques en ligne doivent absolument investir dans des dispositifs de sécurité performants si elles ne veulent pas perdre plus de la moitié de leurs clients.

Richard Meeus, directeur de la technologie et de la stratégie de sécurité EMEA chez Akamai, soutient qu’il est important pour les boutiques en ligne de « s’assurer que leurs clients se sentent en sécurité lors de leurs achats en ligne ». Le contexte actuel, marqué par une « incertitude économique » occasionnant par la suite des réductions budgétaires, pourrait les inciter à minimiser ce risque.

« Cette étude montre que la cybersécurité est un domaine dans lequel ils ne peuvent pas se permettre de faire des économies. Les consommateurs sont prêts à abandonner les revendeurs pour cause de mauvaise cybersécurité », a-t-il conclu.

Récemment, Guillaume Poupard, directeur général de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi) a lancé une alerte concernant la multiplication des cyberattaques au niveau des entreprises et hôpitaux français. Les chiffres avancés sont alarmants.