Made.com, une société anglaise spécialisée dans la vente de meuble en ligne, est à deux doigts de déposer le bilan, un an et demi après son introduction à la Bourse de Londres. Elle a indiqué, le 26 octobre, que les négociations avec de potentiels repreneurs avaient été interrompues et qu’elle ne prenait plus de nouvelles commandes. Suite à cette annonce, son action en bourse s’est effondrée de 90 %.

Le glas sonne pour Made.com

Fondée en mars 2010, Made.com s’est rapidement imposée comme une référence dans le secteur du design d’intérieur. L’entreprise, basée à Londres, était implantée dans huit pays européens, à savoir le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l'Irlande, la Belgique, l’Autriche, l’Espagne, la Suisse et les Pays-Bas.

Cependant, il y a un mois, faisant face à une baisse de la demande due à l'inflation et aux perturbations de sa chaîne d'approvisionnement, elle avertissait ses investisseurs qu’elle évaluait « différentes options stratégiques » pour redresser la barre. Elle mentionnait notamment une cession. Le 25 octobre, Made.com précisait que le processus de vente était toujours enclenché, mais qu’« il n’y a aucune certitude qu’une offre sera faite ».

Dans un communiqué, rapporté par Le Figaro et publié à la fin de la séance boursière, la direction ajoute que « si d’autres financements ne peuvent être trouvés [...] avant que les réserves de liquidités de la société soient épuisées, le conseil d’administration prendra des mesures appropriées pour protéger la valeur pour ses créanciers ». Cette dernière a également réfléchi à une suspension de la cotation de l’action.

Il faut dire que depuis ces révélations, le cours de Made.com a perdu 90 % de leur valeur, passant de 7,70 pennys le 25 octobre à 0,75 penny aujourd’hui. L’entreprise est désormais bien loin de sa valorisation à 775 millions de livres au moment de son introduction à la Bourse de Londres en juin 2021. À cette période, ses actions s’échangeaient à hauteur de 200 pennys.

Cours de l'action Made.com

Cours de l'action Made.com. Capture d'écran : Google.