Microsoft navigue en eaux troubles. Entre les impacts post-covid et l’impact de l’inflation sur les ressources, l'entreprise est dans une situation difficile. Elle s’apprête donc à mettre à la porte un millier de salariés. Le public rallie cette initiative à la baisse considérable du cours de ses actions.

Une crise de croissance ?

Depuis le début de l’année, la valeur des actions de Microsoft a chuté d’environ 30 %. Un coup dur pour le géant américain, qui a subi un ralentissement sur le marché du PC. Les ventes de licences Windows sont à la traîne. L’entreprise prévoit de sortir un rapport trimestriel très bientôt, où elle enregistrerait une croissance annuelle inférieure à 10 %.

La suppression de poste touche plusieurs secteurs d’activités

Business Insider et Axios ont affirmé que Microsoft devra ajuster sa structure prochainement. Cette décision s’aligne au plan de récession annoncé lundi dernier qui contraint l’entreprise à congédier plusieurs membres de son personnel. La réforme cible spécifiquement les divisions censées inclure Xbox et le navigateur Edge, dont la Direction de la technologie et l’organisation Microsoft Strategic Missions and Technology.

D’autre part, l’équipe hardware Mission Engineering ainsi que la branche juridique risquent également d’être impactées. « Comme toutes les entreprises, nous révisons régulièrement nos priorités commerciales et procédons à des ajustements structurels en conséquence. Nous continuerons d’investir dans notre entreprise et d’embaucher dans des domaines de croissance clés au cours de la prochaine année », explique un représentant de Microsoft à Business Insider.

Microsoft emploie près de 180 000 personnes dans le monde entier. Avec un pourcentage de réduction d’effectifs à hauteur de 1 %, ce sont 1800 postes qui vont être supprimés. Microsoft semble cependant avoir pris sa décision et encaisse les critiques, notamment par les New Yorkais, les sénateurs américains, et même le gouvernement britannique.