L’Union européenne a battu des records de production d’énergie issue du solaire et de l’éolien depuis le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine. Un résultat très encourageant qui prouve qu’une transition accélérée vers les énergies renouvelables est possible en Europe.

19 pays européens battent leur record

La guerre en Ukraine a mis en lumière la grande dépendance des pays européens au gaz russe : avant même le début du conflit, environ 45 % des importations de gaz de l’UE provenaient de Russie. Grâce à une étude réalisée par les groupes de réflexion sur le changement climatique et l’énergie EG3 et Ember, il est évident que cette tendance peut s’inverser grâce aux énergies renouvelables.

En effet, l'énergie éolienne et solaire a généré un pourcentage record de 24 % de l'électricité produite par l'UE entre mars et septembre 2022. À titre de comparaison, elle représentait 21 % de l’électricité du bloc sur toute l’année 2021. En outre, 19 pays européens ont battu leur record de production d’énergie éolienne et solaire durant cette période, dont la France (14 %), l'Italie (20 %), la Pologne (17 %) et l'Espagne (35 %).

Cette forte production a permis à l'UE d'économiser 11 milliards d'euros en coûts de gaz, en plus de compenser la baisse de 21 % de la production hydroélectrique au sein du bloc à cause de la sécheresse.

Infographie de la consommation d'énergies en Europe.

La production issue de l'éolien et du solaire a grandement augmenté entre mars et septembre 2022. Infographie : Ember

Les auteurs de l’étude encourageant l’UE à en faire plus

L'Europe fait actuellement face à une importante crise énergétique qui dure depuis des années. En effet, la hausse de la demande de gaz s'est heurtée à un resserrement de l'offre en 2021, alors que l'activité économique reprenait après des interruptions dues à des pandémies. Dans ce contexte, les résultats de l’étude sont particulièrement encourageants, d’autant plus lorsque l’on sait que le recours au gaz russe est très complexe d’un point de vue géopolitique.

« L'étude montre que les choix politiques passés, qui ont accru la dépendance de l'UE à l'égard du gaz et freiné les ambitions de l'UE en matière d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique, sont les principaux moteurs de l'inflation record que connaît actuellement l'Europe. Néanmoins, les capacités éoliennes et solaires existantes ont permis d'éviter des importations considérables de gaz à prix élevé et donc une inflation encore plus élevée et une crise plus profonde », déclarent les auteurs de l’étude.

Ces derniers plébiscitent en outre le plan RePowerEU de la Commission européenne. Présenté en mai 2022, celui-ci ambitionne de mettre fin à l'utilisation des combustibles fossiles en provenance de Russie bien avant 2030, et a le potentiel de « de réduire considérablement et rapidement l'exposition de l'Europe aux importations coûteuses de gaz, renforçant ainsi sa sécurité énergétique et ses prix », assurent-ils.

En plus de la crise énergétique traversée par l’Europe, la hausse de la production d’électricité issue des énergies renouvelables est une bonne nouvelle pour la lutte contre le changement climatique. Toutefois, les efforts à fournir sont encore pharaoniques : le monde doit réduire ses émissions de 7,6 % par an au cours de la décennie pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris. Selon les estimations, les émissions n’auront baissé que de 7 % d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2019…