Au cours des derniers mois, plusieurs entreprises de cybersécurité ont prévenu que la cybercriminalité dans les jeux avait considérablement augmenté depuis le début de la pandémie. Le New York Times rapporte qu'elles mettent en garde contre les menaces qui se cachent dans les codes de triche, les transactions et les messages des autres joueurs.

Les vulnérabilités ont augmenté de 167 % sur les jeux vidéo

Lors des différents confinements, des millions de personnes se sont tournées vers les jeux vidéo. Des espaces virtuels rassurants, dans lesquels il est possible de jeter des sorts, tuer des zombies ou incarner ses athlètes préférés. Depuis la pandémie mondiale et cet essor inédit : un marché qui atteindra les 200 milliards de dollars en 2022. Pourtant, les jeux vidéo ont également suscité l'enthousiasme des cybercriminels. Des personnes malveillantes qui profitent de cet engouement autour du gaming pour voler des informations personnelles et des euros dans un monde bien réel.

Selon un rapport d'Akamai Technologies publié en août 2022, les attaques qui exploitent les vulnérabilités de programmes en ligne comme les jeux mobiles ont augmenté de 167 % entre mai 2021 et avril 2022. Le mois dernier, un rapport de la société russe de cybersécurité Kaspersky Lab a également révélé une augmentation de 13 % des attaques de logiciels malveillants sur les jeux au cours du premier semestre 2022. Les agences de cybersécurité estiment que l'éventail des attaques et des cibles dans le domaine des jeux est énorme.

Les différents rapports sur le sujet montrent que les éditeurs peuvent perdre d'énormes lots de données, et leurs jeux vidéo peuvent être mis hors ligne temporairement. Plus grave : les joueurs individuels peuvent perdre leur progression dans le jeu, leur argent et leurs données personnelles sensibles. Justin Cappos, professeur d'informatique et d'ingénierie à l'Université de New York, a déclaré qu'une des choses qui rend l'industrie du jeu vulnérable est que les développeurs « ne sont pas engagés pour créer des logiciels sécurisés. On leur demande de livrer des jeux rapidement et fréquemment ».

Écrire du code sécurisé prend beaucoup plus de temps. C'est un luxe qui n'est plus permis pour les développeurs dans le monde des jeux vidéo. Le rapport d'Akamai Technologies précise que le jeu est le secteur le plus touché par les attaques par déni de service (DDoS). Les attaquants utilisent une technique automatisée pour submerger les serveurs de requêtes, ralentissant fortement le service ou le mettant carrément hors ligne. À mesure que l'industrie du jeu continuera de se développer, elle attirera davantage de cybercriminalité.