La Chine s'attaque aux outils qui permettent de contourner la censure mise en place par le gouvernement. Le gouvernement chinois cherche à renforcer son « grand pare-feu », à l'approche du 20e Congrès du Parti communiste.

Une censure renforcée à l'approche du 20e Congrès du Parti communiste

Les experts de GFW Report précisent que « le 3 octobre 2022, une centaine d'utilisateurs a signalé que leur serveur de contournement de la censure a été bloqué ». Plusieurs plateformes font l'objet d'une nouvelle série de mesures de répression à l'approche du 20e Congrès du Parti communiste, qui verra un remaniement de la direction du pays. Le renforcement de la censure est fréquent au moment des périodes « politiquement sensibles » en Chine. Cependant, depuis quelques semaines, la pression à laquelle sont soumis les outils de contournement de la censure en Chine semble atteindre un tout autre niveau.

TLS (ou transport layer security) est un protocole de sécurité Internet omniprésent utilisé pour chiffrer les données envoyées sur Internet. De nombreux outils de contournement de la censure utilisent TLS pour préserver la confidentialité des conversations. Concrètement, plusieurs utilisateurs passent pas un réseau privé (l'équivalent d'un VPN) basé sur TLS. Cette technique permet de diriger le trafic Internet à travers une connexion TLS, au lieu de le transmettre au fournisseur d'accès Internet qui pourrait faire régner la censure. Le gouvernement chinois semble avoir trouvé un moyen de compromettre cette stratégie.

Selon les experts de GFW « les autorités chinoises ont trouvé un moyen de bloquer l'adresse IP des personnes qui tentent de contourner la censure ». Leurs estimations montrent qu'environ 50 % des internautes chinois qui contournent la censure en ligne utilisent un outil basé sur TLS. Le « grand pare-feu » chinois est un système de censure élaboré par les autorités chinoises pour réguler l'accès Internet du pays, notamment en bloquant certains services web étrangers ou en ralentissant leur trafic. Pour continuer de contourner la censure, les internautes chinois vont devoir acheter leur propre domaine.

GFW Report estime que « si les outils basés sur TLS ont déjà été bloqués auparavant, nous n'avons jamais observé un tel niveau de blocage. En sachant que le mois d'octobre sera la période la plus sensible cette année, des plans de secours ont été publiés pour atténuer le blocage ». En Chine, de nombreuses plateformes sont bloquées comme Google, Twitter, Facebook, Wikipédia (dans toutes les langues), WhatsApp (partiellement) ou encore Instagram. La plateforme audio Clubhouse a connu un essor de courte durée en Chine. Pendant quelques mois, les internautes ont pu s'exprimer librement et s'intéresser à des sujets « politiquement sensibles », avant l'inévitable interdiction de l'application.