Dans une enquête publiée récemment, Rest of World revient sur le mauvais départ de Platzeeland, le premier métavers d'Amérique centrale.

Les dérives de Platzeeland

Platzeeland est un monde virtuel qui a vu le jour il y a quelques mois grâce à Rodrigo Blanco, un entrepreneur guatémaltèque qui est fier d'être le premier à proposer un métavers en Amérique centrale. Cependant, les premiers utilisateurs de Platzeeland sont inquiets. Dans une vidéo publiée sur Instagram il y a quelques jours,  Rodrigo Blanco tentait de rassurer les premiers adeptes. Il a déclaré ceci : « restez calmes, vos NFT sont toujours dans votre portefeuille numérique ».

L'homme tente de limiter les dégâts après que sa collection numérique de 5 000 variations d'une « maison américaine spécifique », vendues 500 dollars chacune, ait été retirée de la plus grande place de marché de NFT d'Internet, OpenSea. Les « Platzees », les maisons virtuelles, sont la pièce maîtresse de Platzeeland. Pour le moment, malgré la radiation des Platzees de la liste d'OpenSea, ni Rodrigo Blanco, ni son fonds d'investissement immobilier, Portafolio Diversificado, n'ont été officiellement accusés d'un quelconque méfait.

Blanco insiste publiquement sur le fait qu'il ne sait pas pourquoi les collections de NFT ont été retirées. Cependant, un porte-parole d'OpenSea propose une autre version des faits. Il explique que la plateforme a déjà échangé avec l'équipe de Platzeeland pour leur faire savoir que des conditions ont été violées. Il précise que « lorsque nous constatons que des collections ou du contenu violent nos conditions de service, nous appliquons notre politique de différentes manières, notamment en retirant des collections de la liste et, dans certains cas, en bannissant des comptes ».

Le porte-parole et Blanco n'ont pas voulu dire pourquoi les Platzees ont été retirés. Alors que le Guatemala et OpenSea tentent de lutter contre les mauvaises pratiques dans le domaine des NFT et du métavers, certains entrepreneurs profitent encore des vides juridiques créés par ces espaces non réglementés. Dans le Guatemala natal de Blanco, la « maison américaine est une icône de prospérité et d'aspiration ». Pour Pedro Pablo Solares, un consultant indépendant spécialisé dans la migration guatémaltèque vers les États-Unis, « il semble que Platzeeland soit calqué sur l'idéologie du rêve américain ».

Avec Platzeeland, une forme d'investissement immobilier était devenu accessible, alors que la grande majorité des latino-américains ne peuvent pas se permettre d'acheter dans la vraie vie. Avant l'interdiction d'OpenSea, les utilisateurs « voyaient dans les NFT de Platzee une chance d'investir dans l'immobilier à un prix plus bas ».