Aux Philippines, les autorités s'apprêtent à expulser 40 000 travailleurs chinois qui exploitent des sociétés de jeux offshore. Selon Reuters, le ministère de la Justice veut faire du ménage dans cette industrie particulièrement opaque à Manille.

Une industrie obscure tenue par les chinois aux Philippines

Le secteur des jeux est apparu aux Philippines en 2016. En à peine quelques années, les sociétés spécialisées dans les jeux d'argent ont connu une croissance exponentielle. Les exploitants ont su capitaliser sur les lois particulièrement favorables du pays en matière de jeux, pour cibler des clients en Chine, où les jeux d'argent sont interdits. À leur apogée, les opérateurs de jeux philippins, ont employé plus de 300 000 travailleurs chinois. Cependant, la pandémie, la mise en place d'une nouvelle législation et des taxes plus élevées, ont forcé beaucoup d'entre eux à revoir leur stratégie.

Selon Jose Dominic Clavano, porte-parole du ministère de la justice, « depuis quelques mois, nous avons décidé de mener une répression de grande ampleur vis à vis des opérateurs de sociétés de jeux. Cette volonté a été motivée par de nombreux rapports faisant état de meurtres, d'enlèvements et d'autres crimes commis par des ressortissants chinois contre d'autres ressortissants chinois aux Philippines ». Les sociétés visées par des fermetures ont des licences qui ont expiré ou qui ont été révoquées, pour des violations telles que le non-paiement des taxes gouvernementales.

40 000 travailleurs chinois vont être expulsés

L'expulsion des 40 000 travailleurs chinois va commencer à partir du mois prochain selon le ministère de la Justice. De son côté, le ministère des finances estime que le gouvernement a généré environ 7,2 milliards de pesos (l'équivalent de 122 millions d'euros) en 2020 grâce aux taxes versées par les propriétaires des sociétés de jeux aux Philippines. Des montants encore plus importants sont dépensés en impôts et en consommation courante par les travailleurs chinois. L'ambassade de Chine à Manille a déclaré que Pékin soutenait l'expulsion des 40 000 travailleurs chinois et la répression des crimes liées aux sociétés de jeux.

Les diplomates chinois aux Philippines précisent que le gouvernement chinois « s'oppose fermement aux jeux d'argent et prend des mesures sévères pour les combattre sur son territoire ». Selon le cabinet de conseil immobilier Leechiu Property Consultants, la disparition complète du secteur des sociétés de jeux dans le pays laisserait vacants 1,05 million de mètres carrés d'espace de bureaux et 8,9 milliards de pesos, soit l'équivalent de 150 millions d'euros de loyers annuels perdus. Le secteur emploie actuellement 201 000 chinois et 111 000 philippins et rapporte 3,22 milliards d'euros à l'économie chaque année.