Selon la police londonienne, un adolescent de 17 ans vivant dans l'Oxfordshire a été arrêté dans la nuit du jeudi 22 septembre. Le jeune homme est soupçonné d'être derrière les cyberattaques sur Rockstar Games et Uber et d'appartenir au Group de cybercriminels Lapsus$.

Un adolescent à été arrêté près d'Oxford

Pour débusquer l'adolescent, la police londonienne a pu compter sur l'aide de la National Cyber Crime Unit du Royaume-Uni. Bien que les policiers n'aient pas encore fourni de détails sur cette arrestation, Matthew Keys, un journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, a écrit que le jeune homme de 17 ans avait été arrêté à la suite du piratage de Rockstar Games. Une attaque qui a entraîné la fuite des premières images de GTA VI. Le hacker avait même menacé de divulguer le code source du jeu.


Ce même pirate aurait également revendiqué le piratage d'Uber. Il y a une dizaine de jours, le hacker réussissait à compromettre le compte cloud AWS d'Uber. Il a également eu accès au compte Slack de l'entreprise ainsi qu'à son compte Google qui contient environ 1 Po de données. Très vite, Uber a accusé le groupe Lapsus$ d'être à l'origine de l'attaque. Lapsus$ est un groupe de cybercriminels bien connu des forces de l'ordre, qui utilise des techniques similaires pour cibler les entreprises technologiques.

Les hackers de Lapsus$ sont très actifs

Rien qu'en 2022, les hackers de ce groupe ont pénétré les systèmes de Microsoft, Cisco, Samsung, Nvidia et Okta, entre autres. Les hackers auraient même réussi à infiltrer les bases de données des forces de l'ordre américaines. Pour débusquer cet adolescent au Royaume-Uni, des chercheurs en cybersécurité auraient remonté la piste d'une série de piratages liés au groupe Lapsus$, jusqu'à un jeune garçon de 17 ans vivant dans la maison de sa mère près d'Oxford. Le jeune homme était apparement en contact avec un autre jeune au Brésil.

En avril, la police londonienne avait déjà annoncé l'arrestation de deux autres adolescents liés au groupe Lapsus$. Cela n'a vraisemblablement pas empêché le groupe de poursuivre ses activités et de s'attaquer à plusieurs grandes entreprises technologiques à une vitesse fulgurante. Selon les chercheurs en cybersécurité, ces pirates ne se contentent pas voler des données à leurs victimes, ils prennent aussi un malin plaisir à les narguer sur les messageries internes, comme Slack ou Zoom.