Rakuten a annoncé le lancement d’une refonte de sa solution de retail média baptisé Rakuten Ads. À l’approche des fêtes de fin d’année, la plateforme ecommerce veut sa place dans les plans média.

Enseignes, marques, adtechs, et plateformes de commerce gagnent en maturité sur le retail média. Cette pratique consistant, pour des sites comme CDiscount, Amazon, ou même Carrefour, à proposer des espaces publicitaires se développe à vitesse grand V. D'ailleurs, elle devrait générer 100 milliards de dollars de recettes en 2022, 15 % de plus par rapport à 2021. De quoi attirer les grands noms du secteur, à l’instar de Criteo qui a lancé une solution programmatique spécifiquement pour le retail media.

Face à de telles perspectives, Rakuten accélère dans le développement de sa plateforme publicitaire. Rakuten Ads donc voit son interface repensée, notamment pour faciliter le lancement de campagnes et cibler les 15 millions de français qui utilisent le site chaque mois. Elle est accessible depuis un compte professionnel, sans pour autant imposer aux marques de vendre leurs produits sur la marketplace.

Dans son annonce, Rakuten vante trois besoins auxquels sa nouvelle offre répond, sans pour autant rentrer dans les détails. Le premier étant la visibilité, avec le recours à des algorithmes pour placer les publicités au bon moment. Vient ensuite le développement de l’acquisition client. Enfin, sa nouvelle interface doit permettre aux annonceurs d’avoir une meilleure lisibilité des retours sur investissements.

La nouvelle interface de Rakuten Ad

Nouvelle interface de Rakuten Ads. Image : Rakuten.

En complément, la place de marché nippone améliore le format de deux placements : les résultats sponsorisés, et les carrousels. D’autres, inédits, devraient prochainement faire leur apparition.

Bien que l’activité du géant japonais en France soit nettement plus petite qu’au Japon, où Rakuten propose une offre 5G très avancée, ou des services financiers, il s’agit là d’une étape importante dans son développement occidental. L’objectif reste surtout de répondre à une demande de plus en plus forte des marques qui réorganisent leurs dépenses publicitaires, en quête d’un meilleur ROI.